•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilan de la tempête Florence s'alourdit aux États-Unis

Comme le souligne notre envoyé spécial Christian Latreille, plusieurs villes de la Caroline du Nord se retrouvent isolées.
Radio-Canada

Au moins 31 personnes ont trouvé la mort lors du passage de la tempête tropicale Florence sur le sud-est des États-Unis. La tempête devrait se transformer en cyclone extratropical mardi et mercredi, selon le Centre national des ouragans (CNH) des États-Unis et les inondations devraient se poursuivre le long du littoral atlantique.



Les autorités de gestion des urgences de la Caroline du Nord indiquent que 25 personnes sont mortes dans cet État, le plus affecté par la tempête. Le bilan est d'au moins six morts dans l'État voisin de la Caroline du Sud.

La tempête continue de déverser de fortes pluies sur plusieurs régions de la Caroline du Nord, du nord-est de la Caroline du Sud et de la Virginie-Occidentale.

La ville de Wilmington a été coupée du reste de la Caroline du Nord par la crue des eaux. Ses 120 000 résidents doivent désormais être ravitaillés en eau et en vivres par la voie des airs.

« Il est impossible en ce moment de sortir de Wilmington », confirme notre envoyé spécial Christian Latreille. « Nous avons tenté de revenir à Washington hier [dimanche] et toutes les routes que nous avons empruntées – que ce soit des autoroutes, des routes de campagne ou des routes secondaires –, tout est bloqué, tout se termine par un lac. »

Les résidents de la ville sont contraints d'attendre pendant des heures à l’extérieur des magasins et des restaurants afin de mettre la main sur les produits de première nécessité qui restent sur les étagères.

On commence à manquer de tout à Wilmington.

Christian Latreille

Un résident de l'endroit, Victor Merlos, était enchanté de trouver un magasin ouvert, lui qui héberge une vingtaine de personnes dans son appartement qui est toujours alimenté en électricité.

Debout dans un bateau, des ouvriers travaillent sur une ligne électrique.Des membres de la garde côtière escortent des travailleurs qui effectuent de la maintenance sur une ligne électrique à Newport, en Caroline du Nord. Photo : Reuters / Handout .

M. Merlos a dépensé plus de 500 $ pour se procurer des céréales, des œufs, des boissons gazeuses, d’autres denrées et de la bière. « J’ai tout ce qu’il me faut pour toute ma famille », a-t-il mentionné à Associated Press.

À quelques pas de là, le restaurant Waffle House limitait à un biscuit et à une boisson ce que les clients pouvaient acheter – uniquement pour emporter –, au prix de 2 $ l’unité.

Des services d'urgence adéquats

« Les services d’urgence ne semblent pas débordés, raconte toutefois Christian Latreille. [Il y a] même plus de ressources que l’on en a besoin. Tout est très bien coordonné. »

On sent cet effort collectif pour venir en aide aux gens qui en ont le plus le besoin, parce qu’en ce moment, il y a des gens qui ont tout perdu.

Christian Latreille, envoyé spécial de Radio-Canada

Il ajoute que les Américains « ont mis toutes leurs ressources » et que l’armée et les organisations humanitaires sont sur place.

Des équipes sont même venues du Texas et de l’Indiana, ou des États voisins comme la Virginie, la Caroline du Sud et la Géorgie, pour prêter main-forte.

« On voit des gens d’un peu partout aux États-Unis, explique notre envoyé spécial, avec leur savoir-faire en matière de secourisme et en matière d’intervention dans ce genre de catastrophe. »

« Il y a des gens qui refusent carrément de partir »

À 115 kilomètres de la côte, les personnes vivant près du fleuve Lumber ont été secourues par des bateaux qui ont pu s'avancer sur leurs terrains inondés.

Kenneth Campbell a enfilé des cuissardes imperméables avec l’intention de visiter sa maison à Lumberton, à 150 kilomètres à l'ouest de Wilmington. Il a toutefois renoncé à son projet lorsqu’il a vu les eaux recouvrir son quartier. « Je ne vais pas perdre mon temps, je sais déjà [à quoi m’en tenir] », a-t-il commenté.

La Caroline du Nord, qui craint de connaître les pires inondations de son histoire, a ordonné l’évacuation de dizaines de milliers de personnes. Les autorités sont cependant incapables de déterminer combien d'entre elles ont effectivement respecté l'ordre d'évacuation.

« Il y a des gens qui refusent carrément de partir parce qu’ils ne veulent pas laisser leurs maisons, d’autres sont mal informés », explique notre envoyé spécial. « Plusieurs nous ont dit être restés pour [les tempêtes] Floyd, Fran et Hugo, qui avaient laissé seulement quelques centimètres d’eau devant [leurs] maisons. C’est la première fois qu’il y a autant d’eau. »

Les groupes environnementalistes ont par ailleurs mis en garde la population contre le risque que les fosses à excréments des fermes industrielles qui se trouvent sur le territoire de l'État causent un désastre écologique.

Le président américain, Donald Trump, soutient que les premiers répondants et les forces de l’ordre « travaillent vraiment fort » au moment où la tempête diminue d’intensité. « [Ils sont] très professionnels », a-t-il tweeté.

Avec les informations de Associated Press, Reuters, et Agence France-Presse

Conditions météorologiques

International