•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gala des prix Gémeaux : les 5 moments forts de la soirée

Jean-Philippe Wauthier, animateur du 33e Gala des prix Gémeaux.
Jean-Philippe Wauthier, animateur du 33e Gala des prix Gémeaux Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Il y a eu les gagnants, mais outre les récompenses, le 33e Gala des Gémeaux a également été marqué par des moments émouvants ou drôles. En voici cinq d'entre eux.

L'humour grinçant de Jean-Philippe Wauthier

Comme le veut la tradition, la remise des prix a été précédée par le discours du maître de cérémonie. Jean-Philippe Wauthier a fait preuve d’un humour particulièrement grinçant pour aborder les questions de la diversité, des élections au Québec et, surtout, du harcèlement sexuel.

Remerciant notamment Radio-Canada de lui faire à nouveau confiance pour animer le gala, il a qualifié cette décision de touchante « contrairement aux autres années où ce qui [l]e touchait beaucoup était [s]on coanimateur ». La référence à « l’affaire Salvail » était pour le moins explicite et a semblé en estomaquer quelques-uns dans l’assistance.

Une excellente parodie d’En audition avec Simon

Juste avant le discours de l’animateur, le gala s’est ouvert avec une parodie de la série En audition avec Simon. Jean-Philippe Wauthier et Simon-Olivier Fecteau y cherchaient le successeur d’Éric Salvail pour coanimer la soirée.

Très réussi, le sketch a montré les auditions de Julie Snyder, de Louis Morissette, de Louis-José Houde, mais aussi celles de personnalités plus inattendues, comme Gilbert Sicotte, Céline Galipeau et Michèle Richard.

Anick Lemay et Caroline Allard ovationnées

Comme l’a rappelé Jean-Philippe Wauthier en les annonçant, elles ont donné « une belle leçon de courage ». Venues remettre un prix, Anick Lemay et Caroline Allard, qui ont lutté ces derniers mois contre le cancer, ont été accueillies par une ovation.

Allant jusqu’à plaisanter sur la mastectomie, les deux artistes ont également remercié leurs « fées ». Ces femmes qui les ont aidées à tenir le coup sont alors venues sur scène. On pouvait notamment reconnaître Julie Le Breton et Hélène Bourgeois Leclerc, partenaires d’Anick Lemay dans la série Mauvais karma.

L’exploitation sexuelle des femmes dénoncée

Autre séquence forte du gala, l’évocation de l’exploitation sexuelle dont sont victimes les femmes, thème principal de Fugueuse. Après un court discours de l'actrice principale de la série, Ludivine Reding, Isabelle Boulay a succédé à l’actrice pour interpréter la chanson Je voulais te dire que je t’attends, durant laquelle étaient diffusées des images de la fiction.

La chanteuse a été ensuite rejointe sur scène par des survivantes du fléau similaire à celui qui frappe la jeune Fanny dans la série de TVA.

Le dernier mot à Mme Chagnon

Elle a été l’intervenante la plus inattendue de la soirée. Après avoir marqué le premier débat entre les chefs de parti du Québec jeudi, Raymonde Chagnon a conclu la soirée par son désormais célèbre « pas tellement ».

Si elle a feint de ne pas être très convaincue par le gala, la Gaspésienne était toutefois plus souriante face à Jean-Philippe Wauthier que face aux quatre candidats lors du débat.

Séries télé

Arts