•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les motocyclistes qui portent un turban n'auront plus à porter de casque

Un homme portant le turban sikh est assis sur une moto, tandis qu'un autre portant un foulard se tient debout, près d'une deuxième moto.
L'Ontario est la quatrième province, après l'Alberta, le Manitoba et la Colombie-Britannique, à accorder une exemption aux motocyclistes sikhs. Photo: Facebook/Sikh Motorcycle Club Edmonton
Radio-Canada

En Ontario, les motocyclistes de confession sikhe qui portent un turban n'auront plus à porter de casque. La nouvelle loi entrera en vigueur cet hiver.

Cette exemption est un sujet controversé depuis des années. Certains experts soutiennent qu'elle représente un risque de sécurité ainsi qu'un stress additionnel sur les ressources publiques, mais le premier ministre Doug Ford a affirmé avoir l'intention de permettre le changement dans le but de protéger les droits civiques et l'expression religieuse des motocyclistes sikhs.

L'Alberta, la Colombie-Britannique ainsi que le Manitoba permettent déjà aux motocyclistes qui portent un turban de circuler sans casque protecteur.

Un risque accru de décès

Un expert en sécurité motocycliste, Raynald Marchand du Conseil canadien de la sécurité, a déclaré à CBC Toronto qu'il était préoccupé par les risques que cette décision pourrait entraîner.

Il a souligné que les casques peuvent réduire les blessures à la tête de 67 % et les décès de 37 %.

« Nous préférerions, bien sûr, que tout le monde porte un casque », a-t-il précisé.

M. Marchand a dit comprendre qu'un turban ne s'enlève pas facilement et qu'il revêt une importance particulière pour ceux qui pratiquent cette religion.

Il ajoute que circuler à moto sans protection pour les yeux peut être très dangereux.

« La réalité, c'est que ça met la vie des gens en danger », a déclaré, de son côté, le docteur Louis Francescutti, qui est professeur à l'Université de l'Alberta. Il se spécialise en santé publique. L'Alberta permet aux sikhs de circuler à moto sans casque depuis quelques années.

Le Dr Francescutti se dit choqué par la décision du gouvernement ontarien. « En 2018, je ne comprends même pas que nous ayons cette discussion », a-t-il déclaré en entrevue avec CBC Toronto.

En 2014, l'ancienne première ministre de l'Ontario Kathleen Wynne avait déclaré à l'Association canadienne des sikhs que son gouvernement ne leur donnerait pas d'exemption pour circuler à moto sans casque, car cela « poserait un risque de sécurité routière ».

Elle avait alors ajouté que les tribunaux avaient conclu que la loi sur le port du casque obligatoire ne contrevenait pas à la Charte des droits et libertés ou au Code des droits de la personne de l'Ontario.

Transports

Politique