•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les membres du SCFP du CISSS-AT entérinent une nouvelle entente de principe à 98 %

Le Syndicat canadien de la fonction publique
Le Syndicat canadien de la fonction publique Photo: Facebook.com / scfp-quebec-infos
Radio-Canada

Plus de 98 % des membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue acceptent la nouvelle entente de principe qui régit leurs conditions de travail.

Des votes ont été tenus en septembre lors de la tournée d'assemblées générales partout dans la région.

Selon l'entente, les employés qui sont appelés à se déplacer entre les différents établissements le feront pendant leur quart de travail et se verront aussi offrir une allocation pour couvrir leurs frais.

Les employés pourront aussi aménager leurs horaires pour faciliter la conciliation travail-famille.

L'entente offre également aux employés la possibilité de fractionner au moins une semaine de vacances ou deux semaines selon l'ancienneté et auront droit à un congé sans solde de quatre mois tous les 4 ans.

Dans un communiqué, le syndicat croit que cette nouvelle convention va améliorer les conditions de travail de ses membres.

Enjeu de mobilité

Pour la présidente-directrice générale adjointe du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, Caroline Roy, cette notion de mobilité était essentielle.

L'objectif est de maintenir notre offre de service partout en région, mais on doit associer la mobilité avec un enjeu de stabilité d'expertises et des équipes. Les modalités de la nouvelle entente permettent une meilleure mobilité et une meilleure stabilité pour les équipes.

Caroline Roy

Cette entente touche de 600 à 650 travailleurs et travailleuses du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue.

Abitibi–Témiscamingue

Société