•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les gras trans désormais totalement bannis au Canada

Les frites de poulet pané de Loblaws font l'objet d'un rappel par les autorités de l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Photo : iStock / mikafotostok

Radio-Canada

Le bannissement des gras trans artificiels au Canada intervient presque 15 ans après qu'une majorité de députés eut voté en faveur de cette proposition à la Chambre des communes.

Santé Canada ajoute ainsi les huiles partiellement hydrogénées – la principale source de gras trans dans les aliments – à sa « Liste des contaminants et des autres substances adultérantes dans les aliments ».

Ces huiles sont utilisées dans la fabrication de pâtisseries, d'autres produits de boulangerie et de certains produits emballés afin de prolonger leur durée de conservation. Toutefois, ils augmentent les taux de lipoprotéines de basse densité (LDL), souvent nommées « mauvais » cholestérol, dans le sang, tout en abaissant les taux de lipoprotéines de haute densité (HDL), ou de « bon » cholestérol.

« Il s'agit d'une étape très importante en matière de politique de nutrition au Canada », a déclaré Manuel Arango, directeur de la politique de la santé et de la défense des intérêts à la Fondation des maladies du coeur et de l’AVC du Canada.

Cela signifie que l'industrie ne pourra plus fabriquer ou utiliser des huiles partiellement hydrogénées qui créent des acides gras trans artificiels dans l'approvisionnement alimentaire. Cela sera complètement interdit au Canada.

Manuel Arango, dir. de la politique de la santé et de la défense des intérêts à la Fondation des maladies du coeur et de l’AVC du Canada

Il y a un an, la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, avait fait savoir à l'industrie alimentaire qu'une interdiction serait prononcée, lui donnant ainsi le temps de trouver des solutions.

L'interdiction s'applique à tous les aliments destinés à être vendus au pays, y compris les produits importés et les aliments préparés et servis dans les restaurants.

Les gras trans en tant que « bouche-coeur »

Les gras trans artificiels sont fabriqués lorsque de l'hydrogène est ajouté à une huile végétale liquide, ce qui lui confère une consistance solide. Ils sont généralement utilisés dans les aliments appétissants, comme les pâtisseries, les frites, les beignets et le maïs soufflé.

Toutefois, ils peuvent avoir un effet néfaste sur le coeur. M. Arango dit des gras trans artificiels qu’ils « bouchent le coeur ».

Des recherches ont montré qu'une interdiction pourrait prévenir 12 000 crises cardiaques sur une période de 20 ans au Canada.

La consommation de gras trans augmente le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires.

La consommation de gras trans augmente le risque de développer des maladies cardio-vasculaires.

Photo : iStock

Une longue route vers l’interdiction

Les gras trans sont l’objet de critiques depuis des années. En 2006, un groupe de travail gouvernemental avait publié un rapport invitant à réglementer les gras trans, dans lequel il était indiqué que l'apport moyen des Canadiens devrait diminuer d'au moins 55 %.

Un an plus tard, l'industrie alimentaire a eu deux ans pour réduire volontairement les niveaux de gras trans artificiels dans les produits, sous peine de faire face à une réglementation gouvernementale, ce qui ne s’était pas produit jusqu’à maintenant.

Après l’annonce par les États-Unis d’une interdiction des acides gras trans en 2015 – mise en oeuvre plus tôt cette année –, Justin Trudeau, nouvellement élu, a demandé à sa ministre de la Santé de se pencher sur une réglementation plus stricte.

Pour encore quelques années

Bien que les niveaux aient baissé, il y a encore beaucoup d'aliments contenant des gras trans. Et même après l'interdiction, les acides gras trans artificiels ne disparaîtront pas complètement dans l'immédiat : ils seront toujours présents dans les aliments qui se trouvent déjà sur les rayons des magasins partout au pays.

Les détaillants disposeront d'une période de grâce pouvant aller jusqu'à trois ans pour écouler leur inventaire.

« Santé Canada estime que, d'ici trois ans, il n'y aura aucun gras trans sur les tablettes », a déclaré un responsable de Santé Canada.

Pour Manuel Arango, cette interdiction imminente reste un « verre à moitié plein ». « La longue histoire de la bataille contre les gras trans n'a pas été gagnée du jour au lendemain, mais nous sommes sur la voie de l'élimination complète des gras trans. C'est significatif. »

Avec les informations de Kas Roussy

Avec les informations de CBC

Alimentation