•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ réclame une justice économique à Ottawa

Le reportage de Mathieu Dion
Radio-Canada

Le Parti québécois (PQ), s'il forme le prochain gouvernement, promet de durcir le ton face à Ottawa et d'exiger la juste part du Québec afin de mettre fin à « une décennie d'injustice économique ».

Un texte de Yannick Donahue

Le PQ a fait un arrêt « inédit » devant le parlement du Canada, à Ottawa, pour attirer l’attention sur une question d’iniquité dans les dépenses fédérales au sein de la fédération.

« Un des scandales les moins débattus de l’économie du Québec, c’est comment Ottawa, année après année, nuit à l’économie du Québec, nuit à la création d’emplois de qualité. L’exemple de la Stratégie maritime est la pire incarnation, mais n’est pas la seule », a déclaré le chef du PQ, Jean-François Lisée.

Il se dit déterminé à réclamer la juste part du Québec des investissements fédéraux.

« Ce matin, nous sommes venus donner un préavis au gouvernement fédéral : nous ne tolérerons plus l’injustice. Le Québec, depuis des lustres, ne reçoit pas sa juste part des dépenses et des investissements fédéraux. Annuellement, tous comptes faits, nous sommes en déficit de quelque 2,6 milliards de dollars, l’équivalent d’environ 14 000 emplois », a-t-il déclaré.

Lisée dénonce la « maudite péréquation »

Le parti considère que le Québec est perdant dans les investissements structurants et dans les achats annuels du gouvernement fédéral depuis des années.

« Le gouvernement fédéral a été au rendez-vous pour des investissements structurants lorsque l’automobile en Ontario était en crise en 2008. Le Québec a donné 1 $ sur 4 des 8 milliards qui ont été investis dans l’automobile. Au cours des décennies, les sables bitumineux sont devenus rentables, parce que le fédéral a mis 70 milliards de dollars. Les Québécois en ont payé pour 14 milliards », a soulevé M. Lisée.

Il a également cité les cas de l’industrie nucléaire canadienne et de la garantie de prêt accordée à Terre-Neuve pour « concurrencer Hydro-Québec sur les marchés américains ».

« [À quand remonte] la dernière grande décision structurante du fédéral pour l’économie québécoise? a-t-il demandé. La seule réponse, c’est Mirabel. Et ce n’est pas une bonne réponse. »

Selon M. Lisée, si le Québec avait reçu sa « juste part » depuis des années, cela aurait eu un « impact cumulatif » sur la richesse de la province, qui ferait que la « maudite péréquation serait réduite à sa plus simple expression ».

Nous sommes dans un système d’appauvrissement relatif du Québec. Le gouvernement fédéral utilise l’argent des contribuables québécois pour créer d’excellents emplois en Ontario et ailleurs, et nous envoie un chèque de BS avec une grosse couche de mépris par-dessus. Nous, on est contre cela.

Jean-François Lisée, chef du PQ

Le chef du PQ croit que le Québec fait d’importants gains quand la province est dirigée par un gouvernement péquiste.

« Pas parce qu’Ottawa nous aime, pas parce qu’Ottawa nous respecte, parce qu’Ottawa nous craint. Lorsque René Lévesque a arraché à Pierre Trudeau une entente historique sur l’immigration, c’est parce qu’Ottawa craignait le Parti québécois au pouvoir. Lorsque Lucien Bouchard a arraché à Jean Chrétien une victoire historique sur la main-d’oeuvre, c’est parce que Jean Chrétien craignait le PQ au pouvoir », a-t-il dit.

Pas peur de revendiquer

La vice-chef du PQ, Véronique Hivon, a rappelé que la justice était importante pour son parti : justice sociale, justice fiscale, justice financière et justice économique.

On n’a pas peur de revendiquer, et c’est la grosse différence par rapport aux autres partis qui sont fédéralistes et qui pensent que le statu quo est correct pour le Québec. Ce n’est pas vrai. On doit obtenir beaucoup plus. C’est une question de simple justice.

Véronique Hivon, vice-chef du PQ

Mme Hivon reproche à Ottawa d'appliquer la logique du deux poids, deux mesures.

« Alors que le Québec traversait la pire crise forestière de son histoire, qu’est-ce qu’on voyait? On voyait un gouvernement fédéral décider stratégiquement de soutenir l’industrie automobile en Ontario pour une somme de plus de 8 milliards de dollars, dont 1,6 milliard provenait de l’argent des Québécois. Pendant ce temps, le Québec, pour sa crise forestière, devait se contenter d’à peine 2 milliards de dollars. Vous savez les résultats de cette crise? Plus de 20 000 emplois perdus au Québec », a-t-elle rappelé.

De son côté, le candidat péquiste dans Pointe-aux-Trembles, Jean-Martin Aussant, a abordé la question des contrats accordés par Ottawa pour la construction ou la réfection de navires.

« Dans le dossier des chantiers navals, le Québec subit le pire détournement de fonds de son histoire. Sur 100 milliards de dollars, en toute justice, notre part se chiffre à 20 milliards. Où sont nos 20 milliards de dollars, M. Trudeau? » a-t-il demandé.

Politique provinciale

Politique