•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PLQ veut percevoir la TVQ sur les achats en ligne

Philippe Couillard fait un point de presse dans le centre de distribution d'un magasin Simons. Des femmes travaillent derrière lui.
Philippe Couillard a annoncé plusieurs mesures pour soutenir le commerce de détail québécois, à l'heure où les achats en ligne sont de plus en plus populaires. Photo: Radio-Canada / Dany Pilote
Radio-Canada

Le Parti libéral du Québec (PLQ) compte percevoir la taxe de vente du Québec (TVQ) sur les biens corporels provenant de fournisseurs étrangers, comme Amazon, afin de « rétablir l'équité fiscale dans le secteur du commerce de détail ».

Un texte de Yannick Donahue et Joëlle Girard

Cette annonce fait partie des moyens que le parti souhaite mettre en place pour mieux accompagner les entreprises du commerce de détail qui doivent faire face à des changements profonds et rapides en raison des achats en ligne qui gagnent en popularité.

Pour percevoir la TVQ, les entreprises étrangères qui vendent en ligne des biens aux Québécois devront en ajouter le paiement sur leurs factures en s'inscrivant auprès de Revenu Québec. « Ils vont s'inscrire, les détaillants », a prédit Philippe Couillard en conférence de presse dimanche dans le centre de distribution d'un magasin Simons de Québec.

« Ce n'est pas eux qui vont payer la taxe, c'est vous, a-t-il souligné en réponse à la question d'une journaliste. Tout ce qu'ils ont à faire, c'est la prélever sur la facture. Ils vont s'inscrire et ils vont vouloir avoir votre clientèle et celle de vos voisins également, donc ça va se faire. [...] Le Québec est un précurseur. »

Il ne s'agit pas d'une nouvelle taxe. Il s'agit que tout le monde paie sa part de taxe équitablement.

Philippe Couillard, chef du PLQ

En 2015, les Québécois ont dépensé 6,6 milliards de dollars dans le commerce en ligne.

Le PLQ avait déjà annoncé par le passé son intention d'imposer la TVQ aux biens intangibles, par exemple un abonnement à Netflix, et aux biens tangibles achetés dans les autres provinces canadiennes. M. Couillard estimait alors qu'il revenait plutôt à Ottawa, par l'intermédiaire de Postes Canada ou de l'Agence des services frontaliers, de percevoir les taxes sur les biens achetés à l'extérieur du pays.

Philippe Couillard a affirmé dimanche qu'il sentait désormais une plus grande écoute de la part du gouvernement fédéral sur la question de l'équité fiscale, d'où cette nouvelle position adoptée par son parti.

Moins de paperasse, plus de soutien

Outre l'imposition de la TVQ, le PLQ a proposé plusieurs mesures pour aider au virage numérique des détaillants de la province, dont bonifier de 4,5 millions de dollars le programme de soutien déjà existant et consacrer un volet de la tournée numérique spécialement au commerce de détail.

Le parti compte aussi réduire le fardeau administratif des entreprises en diminuant la fréquence de production des formalités administratives.

Le commerce de détail génère environ 480 000 emplois au Québec, pour des retombées économiques annuelles de 126 milliards de dollars, selon le Conseil québécois du commerce de détail.

Politique provinciale

Politique