•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lutte contre le racisme au coeur d'une rencontre à Edmonton

Une trentaine de personnes assises sur des chaises dans le Grand Salon du Campus Saint-Jean.
Prévenir et enrayer le profilage racial était l'un des grands sujets de la journée. Photo: Radio-Canada / Axel Tardieu
Radio-Canada

Une trentaine de personnes se sont réunies au Campus Saint-Jean d'Edmonton ce samedi pour commémorer la Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine, un programme lancé par les Nations Unies en 2015.

Des députés, des porte-parole d'associations et des membres de la communauté africaine d'Edmonton se sont relayés au micro du Grand Salon du Campus Saint-Jean d'Edmonton pour souligner l'importance d'agir face au racisme et la discrimination.

L'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé les années 2015 à 2024 comme Décennie internationale des personnes d'ascendance africaine. L'objectif est de renforcer les mesures et les activités de coopération nationale, régionale et internationale pour garantir le plein exercice des droits de cette population.

L'enjeu qui anime ces discussions est celui de l'égalité dans la société, sous tous ses aspects, notamment pour les 200 millions de personnes qui se considèrent d'ascendance africaine en Amérique.

Plus de diversité

Parmi les grandes priorités exposées durant la journée au Campus Saint-Jean, on trouvait notamment l'atteinte d'une plus grande diversité ethnoculturelle dans les institutions publiques et la lutte contre la pauvreté chez les immigrants.

Me Nancy Kabasele Nyota devant la porte d'entrée du Grand Salon du Campus Saint-Jean d'Edmonton.« La violence policière est présente au Canada et il faut en parler », dit Me Nancy Kabasele Nyota. Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Un plan d'action pour prévenir et enrayer le profilage racial a aussi été présenté comme une nécessité par l'avocate et conférencière pour l'évènement, Nancy Kabasele Nyota. « La violence policière au Canada est présente », a-t-elle dit. « Il faut en parler et voir comment y mettre fin, car il faut que nous soyons traités comme égaux devant la loi en plus d'avoir les mêmes chances et les mêmes opportunités. »

La solution passerait, selon elle, par l'éducation des jeunes. « La majorité des personnes victimes du profilage, c'est la jeunesse, une jeunesse qui est grandissante au Canada », ajoute Me Kabasele Nyota. « Si on cible la jeunesse, cela fera de meilleurs parents et de meilleurs citoyens pour le futur. »

Viser l'excellence

Parmi la trentaine de participants ce samedi, on comptait Jean-Paul Gasigwa. Cet étudiant de 19 ans est venu du Kenya pour étudier les sciences politiques à Edmonton il y a deux ans et demi. « Pour remédier à ces défis, les jeunes Africains devraient plus viser l'excellence et trouver un moyen de se démarquer des autres », confie-t-il. « Si on travaille dur, on arrivera toujours à se faire valoir. »

La journée a aussi été l'occasion pour de jeunes francophones africains d'Edmonton, de Calgary et de Brooks de partager leur vécu et de trouver ensemble des pistes de réflexion.

Alberta

Engagement communautaire