•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une marche à L’Ancienne-Lorette contre le prolongement de Félix-Leclerc

Les citoyens qui s'opposent au prolongement craignent des conséquences négatives sur l'environnement.
Près de 200 citoyens étaient présents à L'Ancienne-Lorette. Photo: Radio-Canada

En pleine campagne électorale, près de 200 citoyens de L'Ancienne-Lorette ont marché samedi dans les sentiers de la rivière Lorette pour protester contre le projet de prolongement de l'autoroute Félix-Leclerc (40). Parmi eux, un candidat libéral convaincu du non fondé du projet.

Un texte de Charles D’Amboise

Ce prolongement, qui se ferait jusqu'à Saint-Augustin-de-Desmaures en passant par l'aéroport international Jean-Lesage, a été relancé par le Parti libéral du Québec en 2017. Puis, en juillet dernier, un appel d’offres a été lancé par le gouvernement Couillard afin de réaliser l’étude des besoins concernant la pertinence du projet.

Les opposants présents samedi craignent des conséquences négatives sur l'environnement notamment et rappellent que deux études ont déjà été menées dans le passé.

« La dernière étude qui nous dit que ce n'était pas une bonne idée de prolonger et qu'il allait y avoir des impacts environnementaux date de 2003. On a eu des inondations majeures en 2005 et en 2013 à L'Ancienne-Lorette », a indiqué le conseiller indépendant à L’Ancienne-Lorette Gaétan Pageau.

Un candidat libéral présent

Lui-même résidant de L’Ancienne-Lorette, le candidat libéral Stéphane Lacasse s’oppose au prolongement. S’il est élu, il promet de faire entendre son opposition au sein du caucus libéral. Selon lui, « une autoroute, ça n’a pas sa place dans ce secteur-là ».

Stéphane LacasseLe candidat libéral dans La Peltrie, Stéphane Lacasse Photo : Radio-Canada

« L'étude des besoins va démontrer qu'avec Henri IV Sud, qui est élargi à 3 voies et avec Charest qu'on veut élargir dans une deuxième phase, on va régler un des enjeux de congestion routière », souligne-t-il.

Moi, je pense qu'une autoroute, ça n'a pas sa place en 2018 dans ce secteur-là.

Stéphane Lacasse, candidat libéral dans La Peltrie

Plusieurs candidats à l’élection provinciale étaient présents au rassemblement, dont le candidat caquiste Éric Caire, qui s’oppose au projet.

Trois des quatre principaux partis étaient présents. Seul le parti Québécois brillait par son absence. De nombreux représentants de la classe politique ont pris la parole. Photo : Radio-Canada / Alexandre Duval

« Quand on met 450 millions ou peut-être même plus dans un projet dont on se fait dire qu'il ne changera rien dans la congestion routière, ça s'appelle du gaspillage », a lancé M. Caire.

Même son de cloche du côté de la candidate de Québec solidaire Monique Voisine, qui affirme que la science démontre que les autoroutes ne sont pas la solution à la congestion.

« Quand j'ai commencé en 2003, j'étais contre le prolongement de [l’autoroute] Du Vallon et on voit le résultat avec Du Vallon! Je suis entourée de trois autoroutes dans Vanier-Les Rivières, dans Duberger. Le bruit, la qualité de vie qui s'est détériorée. Les gens d'ici ne veulent pas vivre la même chose », a-t-elle déclaré.

Les citoyens marchaient dans les sentiers de la rivière Lorette qui subiront une cure de jouvence prochainement.

Avec la collaboration d’Alexandre Duval et de Fanny Samson

Québec

Politique