•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Envoyé spécial
  • Le bilan des victimes de l'ouragan Florence passe à 11 morts

    Le reportage de notre envoyé spécial en Caroline du Nord, Christian Latreille
    Radio-Canada

    Même si la tempête tropicale Florence se calme, alors qu'elle se trouve toujours au-dessus des deux Carolines, la pluie tombe sans répit et provoque d'importantes inondations. Les autorités dénombrent au moins 11 morts.

    Certaines villes ont reçu plus de 60 cm de pluie et on s’attend à ce que plus de 1 m d’eau tombe à plusieurs endroits jusqu'au début de la semaine prochaine, et ce, jusqu’à l’intérieur des terres.

    En Caroline du Nord, l’État le plus touché pour le moment, au moins 10 personnes sont mortes des suites du déluge, en plus d'une victime en Caroline du Sud. Les autorités craignent que le bilan ne s'alourdisse.

    Selon la police de Wilmington, une mère et son bébé ont été tués quand un arbre est tombé sur une maison.

    Un homme est quant à lui décédé à l’hôpital, après avoir apparemment été renversé par le vent alors qu’il était allé voir ses chiens de chasse. Un autre a été électrocuté alors qu'il essayait de brancher des câbles électriques sous la pluie.

    Par ailleurs, une femme victime d'une crise cardiaque n’a pas pu être prise en charge à temps par les secours en raison des débris qui jonchaient la route.

    Trois autres personnes sont décédées en raison d'une « inondation rapide et de la présence d'eau sur les routes », a mentionné la police du comté de Duplin sur sa page Facebook.

    À Raleigh, les autorités ont confirmé la mort d'un homme de 81 ans qui a chuté et s'est blessé à la tête en se préparant à évacuer.

    Un couple a aussi perdu la vie dans l'incendie d'une résidence attribué à la tempête.

    En Caroline du Sud, enfin, une femme de 61 ans a perdu la vie vendredi soir, lorsque le véhicule qu'elle conduisait a embouti un arbre près de la ville d'Union.

    Danger à moyen terme

    Le danger pourrait être présent encore plusieurs jours, notamment pour les personnes vivant à l'intérieur des terres dans les Carolines, le temps que toute cette eau s'écoule, ce qui risque de faire déborder les rivières et les fleuves et de provoquer des crues soudaines, des coulées de boue et des glissements de terrain.

    « Sachez que l'eau monte vite partout, même dans des lieux qui ne subissent pas d'inondations d'habitude », a averti le gouverneur de Caroline du Nord, Roy Cooper.

    Beaucoup de gens qui pensent que la tempête les a épargnés n'ont pas encore fait face à sa menace.

    Roy Cooper, gouverneur de Caroline du Nord

    M. Cooper a invité les résidents évacués à attendre que l'ouragan passe et à obtenir « le feu vert » des autorités avant de regagner leur domicile.

    Samedi matin, le centre de la tempête était à environ 70 km au sud–sud-est de la ville de Florence, en Caroline du Sud, avec des vents maximums de 75 km/h. La tempête devrait se tourner vers l'ouest et le nord-ouest au cours de la fin de semaine, avant de se diriger vers le nord, à travers la vallée de l'Ohio.

    Le Centre national des ouragans prévoit un affaiblissement graduel de la tempête, au fur et à mesure qu’elle se déplacera vers l'intérieur des terres. Il est probable qu’elle devienne une dépression tropicale d'ici samedi soir.

    Plus de 800 000 foyers et entreprises sont privés d'électricité et ce nombre pourrait continuer d'augmenter. La région est notamment alimentée par des centrales nucléaires, dont la plupart des réacteurs ont été fermés par mesure préventive. Des centaines de poteaux électriques ont également été arrachés.

    Deux voitures, dont une avec les phares encore allumésDes voitures abandonnées sont submergées par la pluie à Wilmington, samedi matin. Photo : Reuters / Jonathan Drake

    Selon le témoignage de résidents, la tempête s'est vraiment calmée. Jean-Thomas Kobelt, résident de Wilmington, en Caroline du Nord, a ainsi indiqué à RDI Matin que les vents ont beaucoup diminué et que même la pluie ne tombe plus avec une grande intensité. M. Kobelt a déploré cependant le grand nombre d’arbres déracinés et les pannes d’électricité.

    La pluie est toutefois revenue en force dans la ville peu après cette entrevue, selon le correspondant de Radio-Canada, Christian Latreille.

    Quant à Élise Perreault, qui habite à Charleston, en Caroline du Sud, elle a décrit Florence comme « une petite tempête d’automne dont on ne parle pas dans les médias ». Mme Perreault a d'ailleurs indiqué que plusieurs personnes de Charleston qui avaient décidé de respecter l’ordre d’évacuation sont revenues chez elles avant le début de la tempête pour éviter de voir les routes coupées.

    Deux bateaux un sur l'autre devant une maison.Des bateaux qui ont été poussés des quais par les vents se retrouvent dans la rue, à New Bern, en Caroline du Nord. Photo : Reuters / Eduardo Munoz
    Avec les informations de Reuters, Associated Press, et Agence France-Presse

    Incidents et catastrophes naturelles

    International