•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une visite de voilier qui aide au recrutement pour la marine à Sept-Îles

Des marins procèdent au déploiement d'une passerelle entre le voilier et le quai.
Une passerelle est descendue sur le pont du voilier. Photo: Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

Vendredi, le voilier NCSM Oriole a accosté au quai Monseigneur Blanche à Sept-Îles. Le public pourra faire la visite, jusqu'à dimanche, du plus vieux bâtiment des forces armées canadiennes.

Le bateau-école, seul voilier de la Marine royale canadienne, termine une tournée des Grands Lacs et du Saint-Laurent amorcée il y a trois mois.

Une vingtaine de membres d'équipage ont pris part à cette grande traversée. Pour une dizaine d'entre eux, c’était une première initiation à la navigation avec les Forces armées canadiennes.

Les marins portent tous un manteau jaune et noir, ainsi qu'une casquette et des pantalons noirs.Plusieurs marins sur le pont du NCSM Oriole. Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

L’éducation n’est pas la seule motivation de cette tournée.

Le grand objectif de cet été, c'était vraiment de promouvoir les Forces armées canadiennes pour montrer l'image et en même temps un bout de l'histoire de l'armée canadienne avec l’Oriole.

Frédéric Champagne, manœuvre sur le NCSM Oriole

Cette tournée intervient un an après que le gouvernement canadien a annoncé vouloir recruter 1500 nouveaux réservistes et 3500 employés dans les 20 prochaines années.

Le voilier est ammaré au quai de Sept-Îles. Le voilier NCSM Oriole au quai de Sept-Îles. Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle

Depuis plusieurs années déjà, l'armée peine à convaincre les Canadiens de s'enrôler.

On cherche donc à recruter plus de femmes, plus de personnes issues des communautés LGBT ou de minorités visibles telles que les Premières Nations ou les Inuits.

La présence du NCSM Oriole à Sept-Îles n'est pas anodine en ce sens.

Ici, à Sept-Îles, on fait un gros effort pour la diversité aussi côté autochtone, admet d’emblée Rémi Lebreux, recruteur au NCSM Jolliet.

Remi Lebreux accorde une entrevue à Radio-Canada avec derrière lui son kiosque sur le quai et le voilier amarré à proximité. Rémi Lebreux, recruteur au NCSM Jolliet. Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

L'Oriole, c'est un gros plus, absolument. Ça emmène une belle visibilité de la Marine royale canadienne, poursuit Rémi Lebreux. On a quand même beaucoup de visiteurs, près de 100 visiteurs pour la première journée. On a quelques personnes qui sont venues qui était intéressées à avoir plus d'informations sur les emplois. On espère que ça va continuer comme ça.

Le NCSM Oriole fera une dernière escale à Gaspé avant de regagner son port d'attache, à Halifax.

Avec les informations de Nicolas Lachapelle

Côte-Nord

Société