•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le présumé ravisseur du président de Cora remis en liberté

Des policiers effectuent une perquisition dans une rue résidentielle.

La police a effectué une perquisition dans une résidence de Laval, un peu plus tôt cette année, dans le cadre de l'affaire.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Paul Zaidan, accusé d'avoir enlevé le patron de la chaîne de restaurants Cora, Nicholas Tsouflidis, a retrouvé vendredi sa liberté en attendant son procès. L'homme de 49 ans devra toutefois respecter une longue liste de conditions pour éviter de se retrouver de nouveau derrière les barreaux.

Détenu depuis le 4 septembre, M. Zaidan a connu vendredi les conclusions de son enquête de remise en liberté : le juge Jean Sirois lui donne de nouveau rendez-vous le 26 octobre, au palais de justice de Laval, pour la suite de son procès.

En attendant la suite des procédures, l'accusé devra respecter une longue liste de conditions, dont la promesse de garder la paix et d'afficher une bonne conduite; d'être présent au tribunal si nécessaire; de demeurer à son domicile entre 23 h et 7 h, sauf pour des raisons professionnelles, en plus de se rapporter une fois par semaine au poste de police.

M. Zaidan devra également remettre son passeport aux autorités. Il n'aura pas le droit de communiquer avec quatre personnes liées à l'enquête, ainsi qu'avec la victime et les proches de celle-ci. Il ne peut pas se trouver à l'intérieur des limites des villes de Mirabel et de Sainte-Thérèse, ni posséder des armes à feu ou des imitations.

Les amis et la famille de l'accusé ont par ailleurs fourni une caution totalisant 37 000 $.

La procédure d'enquête fait l'objet d'une ordonnance qui nous interdit d'en révéler les détails. Une enquêteuse de la Sûreté du Québec (SQ), en charge du dossier a notamment été appelée à la barre des témoins.

De son côté, la défense a fait témoigner cinq personnes, des amis et membres de la famille.

Enlèvement spectaculaire

Le patron de la chaîne Cora et fils de la fondatrice de la franchise a été enlevé à son domicile de Mirabel en mars de cette année. La police soupçonnait à l'époque que deux personnes étaient impliquées dans ce rapt.

La SQ a d'ailleurs laissé entendre, lors de l'audience de vendredi, que d'autres arrestations étaient à prévoir dans cette affaire.

À la suite de l'enlèvement, des demandes de rançon auraient été présentées.

M. Tsouflidis, âgé de 44 ans, a finalement été retrouvé, ligoté et confus, en bordure de la montée Champagne, à l'intersection du boulevard Dagenais Ouest, dans le quartier de Sainte-Dorothée, dans l'ouest de Laval, jeudi matin. Il semblait soulagé de voir des passants s'arrêter pour lui porter secours.

Quant à M. Zaidan, il est un ancien franchisé des restaurants Cora. Il connaissait des déboires judiciaires et a notamment fait faillite en juin dernier.

Avec les informations de Karine Bastien et Jacaudrey Charbonneau

Procès et poursuites

Justice et faits divers