•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chinois et Premières Nations réunis autour d’un projet de raffinerie en Alberta

Site d'exploitation des sables bitumineux près de Fort McMurray, en Alberta.
Site d'exploitation des sables bitumineux près de Fort McMurray, en Alberta Photo: La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Des investisseurs chinois relancent l'idée de construire une importante raffinerie de bitume dans la région d'Edmonton. Ils sont appuyés par un groupe de Premières Nations albertaines qui se sont associées au projet par l'entremise de l'entreprise Teedrum.

« Avec les grandes réserves de bitume dont nous disposons, il est logique de vouloir le raffiner ici pour en tirer un meilleur profit », avance Ken Horn, le président de Teedrum.

Ce groupe d’investisseurs privés s’est associé à plusieurs Premières Nations il y a quelques années, pour former l'entité Alberta First Nations Energy Centre (AFNEC).

L'AFNEC est à l’origine de ce nouveau partenariat avec deux entreprises chinoises.

Si leur projet voit le jour, la raffinerie permettrait de transformer 167 000 barils de bitume dilué par jour.

« Nous vendons notre bitume brut au rabais aux États-Unis, alors que si nous le transformions ici, nous pourrions le vendre à un meilleur prix », explique Ken Horn.

Ce bitume raffiné en essence, diesel ou kérosène pourrait aussi être expédié ailleurs au Canada et acheminé par bateau vers les marchés asiatiques, ce qui offrirait de meilleurs débouchés.

Renaissance

Teedrum souhaite depuis des années voir sortir de terre une telle raffinerie au nord d’Edmonton. Elle avait demandé l’appui de l’ancien gouvernement provincial, qui s’était finalement retiré du projet en 2012, car il le trouvait trop risqué.

Cette fois, ce sont les entreprises chinoises Sinopec et China Construction qui mettront la main à la poche pour créer la raffinerie évaluée à 8,5 milliards de dollars.

« Nous ne devrions pas dépasser ce montant grâce à l’expertise de ces deux entreprises, qui ont déjà construit plus de 50 raffineries et usines pétrochimiques à travers le monde », estime le président de Teedrum.

Ken Horn espère que la construction pourra démarrer en 2021. D’après ses estimations, le chantier entraînera la création de près de 7000 emplois. Des occasions dont pourront, selon lui, bénéficier les Premières Nations partenaires, en plus de percevoir une partie des profits de la raffinerie.

« Nous sommes enthousiastes à l'idée de collaborer à un projet qui va encourager les investissements et les occasions pour le marché de l’énergie en Alberta », a indiqué Gord Johnston, le directeur général de Stantec.

Cet autre maillon du partenariat aura la responsabilité des consultations réglementaires et environnementales qui auront lieu dans les prochains mois.

Selon l’Office national de l’énergie, le bitume représente près de 40 % de la production canadienne, mais moins de 10 % du pétrole brut qui est raffiné au Canada.

Alberta

Industrie pétrolière