•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections Nouveau-Brunswick : les chefs ont débattu en français

Les cinq chefs de parti au Nouveau-Brunswick devant leur lutrin pendant le débat.
Le premier débat des chefs de la campagne réunissait les cinq chefs de partis à Riverview. Photo: Radio-Canada

Un débat des chefs des partis politiques du Nouveau-Brunswick a eu lieu vendredi soir au Centre communautaire Sainte-Anne, à Fredericton. C'est le troisième débat depuis le début de la campagne, mais le premier en français. Il s'est déroulé sans surprise.

Le débat était diffusé sur les ondes de Rogers TV et était organisé en partenariat avec Brunswick News. Il était présenté devant un public qui pouvait entendre, pour la première fois depuis le début de la campagne, les chefs débattre en français.

Blaine Higgs, chef du Parti progressiste-conservateur, Kris Austin, de l'Alliance des gens, et Gerald Bourque, du parti KISS, ne se sont pas exprimés en français.

Une traduction simultanée était prévue pour ces chefs unilingues anglophones et a été financée par des organismes acadiens francophones.

Avant le débat, Blaine Higgs a été interrogé quant à savoir s’il serait prêt à voter pour un chef unilingue anglophone si lui-même était un électeur unilingue francophone. Fidèle à ses discours précédents, il a répondu que les compétences sont plus importantes que la langue.

Qu'est-ce que les entreprises recherchent quand elles veulent investir au Nouveau-Brunswick? Il y a eu 6000 emplois de perdus et de faibles investissements du secteur privé. C'est à ce moment-là qu'il faut aller au-delà de la question linguistique et qu'il faut prendre des décisions pour l'ensemble de la population. Question : Est-ce que vous voteriez pour un chef unilingue francophone? Oui, parce que je suis capable d'aller au-delà de la langue et voir les capacités de cette personne.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale