•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les caméras d'un autobus scolaire captent des contrevenants

Des élections scolaires partielles doivent avoir lieu chaque fois que le poste d'un président ou d'un commissaire d'une commission scolaire devient vacant.
Des élections scolaires partielles doivent avoir lieu chaque fois que le poste d'un président ou d'un commissaire d'une commission scolaire devient vacant. Photo: Radio-Canada / Serge Clavet
Radio-Canada

Près de 30 amendes pour avoir enfreint la signalisation des autobus scolaires ont été remises à des automobilistes du Nouveau-Brunswick entre avril 2017 et mars 2018.

Les conducteurs qui contreviennent à la Loi sur les véhicules à moteur en ce qui a trait à la signalisation des autobus scolaires sont passibles d'une amende pouvant s'élever jusqu’à 6000 $ et peuvent perdre trois points d'inaptitudes.

Extrait de la Loi sur les véhicules à moteur

188(1) Le conducteur d’un véhicule à moteur qui va croiser ou doubler un autobus scolaire arrêté sur une route, lorsque les clignotants rouges de cet autobus scolaire fonctionnent, doit arrêter son véhicule à cinq mètres au moins de l’autobus scolaire et ne doit pas croiser ni doubler l’autobus scolaire avant que ce dernier ne soit reparti ou que ses clignotants rouges n’aient cessé de fonctionner.

Cela n'empêche pas certains automobilistes de déroger à la loi. Pour les décourager, des chauffeurs d'autobus croient qu'une solution est de munir les autobus de caméras.

Un projet pilote au Nouveau-Brunswick

Le District scolaire anglophone Est vient d’ailleurs de lancer un projet pilote. Quatre caméras ont été installées sur un autobus pour capter les contrevenants. Nous avons déjà recensé quatre infractions depuis la rentrée scolaire, indique Aubrey Kirkpatrick, directeur finance et administration au District scolaire anglophone Est.

Aubrey Kirkpatrick, directeur finance et administration au district scolaire anglophone Est.Aubrey Kirkpatrick, directeur finance et administration au district scolaire anglophone Est. Photo : Radio-Canada

Le système permet d'identifier la plaque d’immatriculation. Les informations sont ensuite envoyées à la Gendarmerie royale du Canada.

En retard par rapport à d'autres provinces

Si c'est un pas dans la bonne direction, la compagnie Bus Patrouille, qui répertorie ce type d'infraction au Québec et en Ontario, croit que le Nouveau-Brunswick devrait être plus proactif.

Les gens ont tendance à penser que le monde s'arrête face à un autobus scolaire, mais ce n'est pas le cas et ce n'est pas tout de constater une infraction. Il faut être capable de la démontrer et soutenir une preuve pour la déposer en cour, explique Roberto Rego, vice-président de Bus Patrouille.

Roberto Rego, vice-président de Bus Patrouille.Roberto Rego, vice-président de Bus Patrouille. Photo : Radio-Canada

Autrement, on donne des coups d'épée dans l'eau.

Roberto Rego, vice-président de Bus Patrouille

Le District anglophone Est espère recueillir assez de données sur l'efficacité de ce système pour obtenir des fonds et munir tous ses autobus de caméras.

Au District scolaire francophone Sud, on dit accumuler beaucoup de plaintes concernant des automobilistes qui ne s'arrêtent pas au feu rouge. Dans certaines régions, notamment en milieu urbain, il y en a parfois cinq à dix par jour, rapporte Paul Lebouthillier, responsable adjoint du transport scolaire au District scolaire francophone Sud.

Malheureusement, les témoins de ces incidents ont rarement le temps de noter la plaque d'immatriculation de ces contrevenants.

Avec les informations de Wildinette Paul

Nouveau-Brunswick

Société