•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand les mines cherchent à devenir vertes

Une machine orange dans une mine.

Certaines minières dont Goldcorp prévoient utiliser uniquement des camions et de la machinerie électriques.

Photo : Goldcorp Inc.

Radio-Canada

De nouvelles pratiques visant à réduire l'empreinte écologique des activités minières au pays font peu à peu leur place. Alors que certains experts du milieu militent pour l'électrification des mines, d'autres veulent d'abord s'attaquer à l'épineux problème de la gestion des déchets. Les deux enjeux sont au coeur d'un virage vers une industrie minière verte.

Un texte de Mathieu Grégoire

Une centaine de leaders de l’industrie minière et de scientifiques se sont rassemblé cette semaine à Cobalt, dans le Témiscamingue ontarien, à l’occasion d’un colloque sur le sujet. La minière Goldcorp a profité de l'occasion de vanter les mérites de son ambitieux projet de mine entièrement électrique.

Goldcorp prévoit extraire annuellement des milliers d’onces d’or à sa future mine Borden, située à Chapleau dans le Nord-Est de l’Ontario. Tous les camions et la machinerie seront électriques, promet l’entreprise dont le siège social est à Toronto.

Une vue aérienne d'un site d'exploitation de la minière Goldcorp Inc.

Une vue aérienne d'un site d'exploitation de la minière Goldcorp Inc.

Photo : Goldcorp Inc.

Le vice-président aux affaires et à l’énergie de Goldcorp, John Mullally, estime que l’investissement initial est environ 30 % plus élevé que pour une nouvelle mine traditionnelle. Sans diesel ni propane dans ses cavernes, la minière réduira ses émissions polluantes et économisera largement au chapitre de la ventilation.

M. Mullally prévoit une réduction globale des coûts d’exploitation d’environ 9 millions de dollars par année. Mais tout dépendra de la fiabilité du nouvel équipement.

Il y a un peu de risques parce que les technologies ne sont pas encore tout à fait connues, mais nous testons les technologies ailleurs avant de les utiliser au projet. Nous croyons ainsi qu’il y aura plus de bénéfices que les primes sur les capitaux.

John Mullally, vice-président aux affaires et à l’énergie de Goldcorp

Signe que les camions miniers électriques suscitent l’intérêt d’autres minières canadiennes, une compagnie californienne qui en fabrique s’est récemment installée à Kirkland Lake.

Gestion des résidus

Une gestion plus efficace des résidus miniers polluants demeure aussi parmi les priorités de ceux qui cherchent à rendre l’industrie plus verte.

Une équipe de chercheurs de l’Université Laurentienne teste actuellement des bactéries capables de diviser les composantes chimiques et métallurgiques des déchets miniers.

Un travailleur minier portant un casque bleu.

La minière Agnico Eagle a récemment conçu et implanté un système de filtration d'eau à sa mine La Ronde, en Abitibi, pour réduire la présence de nitrates.

Photo : Mathieu Dupuis

La minière Agnico Eagle a choisi quant à elle de se pencher sur l’état de l’eau après l’avoir utilisée dans son processus d’extraction de l’or à sa mine La Ronde, en Abitibi. L’objectif était de réduire la concentration de nitrates dans l’eau parce qu'à forte concentration, ces sels peuvent être néfastes pour l’environnement.

On sait que des normes [environnementales] vont arriver éventuellement. On a donc fait un peu de recherche, travaillé avec des consultants et on a testé l’idée avec un petit [projet] pilote. Comme ça a bien fonctionné, on l’a poussé à une plus grande échelle.

Pierre-Olivier Gendron, spécialiste en traitement de l’eau chez Agnico Eagle

L’Association minière du Canada estime que ce mouvement vers des initiatives vertes est nécessaire pour l’industrie. Une industrie qui a eu mauvaise presse, reconnaît le vice-président Charles Dumaresq, en raison de ses pratiques peu écologiques d’autrefois. Ces pratiques « ont forcément un impact sur le public et sa volonté d’accepter de nouveaux projets dans une région », ajoute-t-il.

Dans ce sens, il est impératif, selon M. Dumaresq, de poursuivre les efforts pour réhabiliter d’anciens camps miniers et pour minimiser les impacts environnementaux des activités minières actuelles.

John Mullally de Goldcorp estime aussi que, sans cette approche plus écologique, les minières risquent fort d’avoir de la difficulté à recruter de jeunes travailleurs qualifiés qui ont à coeur la santé de la planète.

Nord de l'Ontario

Métaux et minerais