•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro-Manitoba : des agences externes enquêteront sur les allégations d'agressions

Un barrage hydroélectrique.

Des milliers de personnes se sont installées autour de Grand Rapids dans les années 60 pour construire la centrale électrique locale.

Photo : Hydro-Manitoba

Radio-Canada

Des enquêteurs indépendants se pencheront sur les allégations d'agressions et d'agressions sexuelles qui visent des employés d'Hydro-Manitoba et des agents de la Gendarmerie royale du Canada sur des femmes autochtones issues de communautés du nord de la province.

La GRC a sollicité l’Unité d'enquête indépendante (UEI) du Manitoba pour qu’elle enquête sur les allégations, parce que des policiers visés par ces dernières figurent parmi son personnel.

La Police provinciale de l’Ontario (PPO) enquêtera sur les allégations qui concernent les employés d’Hydro-Manitoba ainsi que des contracteurs, étant donné que des membres du personnel d’Hydro-Manitoba et de la GRC pourraient avoir été présents quand certains événements se sont produits.

L’organisme de surveillance de la police n’est pas obligé d’enquêter sur ces allégations, mais l’UEI estime qu’il est dans l’intérêt public qu’elle prenne cette enquête en main.

Ces décisions font suite à des demandes publiques pour qu’il y ait enquête sur ces événements, qui, dans certains cas, remontent jusque dans les années 60.

Les allégations, faites par des membres de la Première Nation crie de Fox Lake, figurent dans un rapport de la Commission de protection de l’environnement rendu public par le gouvernement du Manitoba en août.

Le premier ministre du Manitoba a réagi à ces allégations, cette semaine, en se disant étonné que des enquêtes n’aient pas eu lieu plus tôt.

Dans le cas où il y aurait de nouvelles allégations, elles seront transmises à l’UEI ou à la PPO, si elles relèvent de leurs compétences.

L’UEI dit avoir été informée des allégations le 22 août, le lendemain de la publication du rapport.

Avec des informations de CBC

Forces de l'ordre

Justice et faits divers