•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tapis rouge et première québécoise pour La disparition des lucioles

Les comédiens et l'équipe sur le tapis rouge
Le film « La disparition des lucioles » de Sébastien Pilote était présenté en ouverture au Festival de cinéma de la ville de Québec jeudi. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le dernier film de Sébastien Pilote, La disparition des lucioles, a été présenté en ouverture du Festival de cinéma de la ville de Québec jeudi soir. Avant la projection, l'équipe du film a défilé sur le tapis rouge de la Place d'Youville.

Le réalisateur Sébastien Pilote était tout sourire aux côtés des comédiens Karelle Tremblay, Pierre-Luc Brillant, Luc Picard et Marie-France Marcotte et d'une partie de l'équipe du film.

La journaliste Julie Larouche était sur place et a recueilli leurs commentaires.

Le comédien en entrevuePierre-Luc Brillant joue le rôle de Steve dans le film « La disparition des lucioles ». Photo : Radio-Canada

La grande force de ce cinéaste [Sébastien Pilote], c'est de filmer des petites choses et d'en faire quelque chose d'émouvant. Il y a vraiment un thrill à regarder ça. Tu veux voir où ça va te mener.

Pierre-Luc Brillant, comédien
Luc Picard en entrevueLuc Picard fait partie de la distribution de « La disparition des lucioles ». Photo : Radio-Canada

C'est un gars formidable [Sébastien Pilote], intelligent, passionné, sincère dans sa démarche, très intéressant. Ça a été une très belle rencontre pour moi.

Luc Picard, comédien

La disparition des lucioles : synopsis

La disparition des lucioles raconte l'histoire de Léo, une jeune fille cynique qui rencontre un homme plus âgé, guitariste sans grandes ambitions. Elle vit avec sa mère et son beau-père, un animateur de radio populiste. Son père, un ancien chef syndical, travaille maintenant dans le Nord. Étrangère dans son propre monde et en colère, c'est dans sa relation avec Steve, au rythme des leçons de guitare et de son nouveau boulot d'été, qu'elle pourra trouver une sorte de réconfort et amorcer sa fuite.

Karelle Tremblay en entrevueKarelle Tremblay joue le rôle de Léo dans le film « La disparition des lucioles ». Photo : Radio-Canada

J'étais contente de revivre ma crise d'adolescence encore. Je me suis sentie comme ce personnage-là un bout pendant mon adolescence. Un personnage très cynique, qui est tanné d'être cynique, qui en veut à plein de monde. J'étais contente de me replonger dans ce mindset-là.

Karelle Tremblay, comédienne
Sébastien Pilote en entrevueLe réalisateur Sébastien Pilote, lors du tapis route du Festival de cinéma de la ville de Québec. Photo : Radio-Canada

C'est un film fabriqué avec un sourire. Un film plus léger, avec un personnage [Léo] que je voulais baveux, désagréable, qui est capable de mettre le feu! Elle a le pied sur l'accélérateur et sur le frein en même temps, c'est un show boucane! J'ai toujours dit que La Disparition des lucioles, c'est comme une chanson pop. Il y a des films qui sont comme des symphonies, des sonates ou des quatuors à cordes, celui-là est comme une chanson populaire.

Sébastien Pilote, réalisateur
Marie-France Marcotte en entrevueLa comédienne Marie-France Marcotte sur le tapis rouge du Festival de cinéma de la ville de Québec. Photo : Radio-Canada

C'est un pur plaisir de travailler avec Sébastien Pilote. C'est quelqu'un d'intelligent et de sensible. Je souhaite à toutes les comédiennes de tourner avec lui. C'est quelqu'un de très gentil et très talentueux.

Marie-France Marcotte, comédienne
Michel La Veaux sur le tapis rougeMichel La Veaux, directeur de la photographie pour le film « La disparition des lucioles ». Photo : Radio-Canada

J'adore cet homme. Pas juste comme cinéaste, j'aime ce qu'il pense, j'aime ce qu'il aspire à dire. C'est quelqu'un qui s'inspire de la littérature, de la poésie, de la philosophie. Et comme directeur photo, moi j'ai accès à quelqu'un de rare.

Michel La Veaux, directeur de la photographie

Entrevue avec Ian Gailer

Le directeur général et artistique du Festival de cinéma de la ville de Québec était très fier de pouvoir présenter le film du Saguenéen Sébastien Pilote en ouverture.

Celui qui a travaillé huit ans comme directeur général du Festival Regard sur le court métrage à Saguenay a encore la région tatouée sur le coeur.

Saguenay–Lac-St-Jean

Cinéma