•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1000 milliards de litres d'eau pour 3 millions $ au Québec

Débat sur les redevances sur l’eau avec Alice-Anne Simard, de la Coalition Eau Secours! et Martin-Pierre Pelletier, de l’Association des embouteilleurs de boissons gazeuses du Québec.
Radio-Canada

Les industries québécoises ont versé 3,2 millions de dollars au gouvernement du Québec, l'an dernier, pour avoir prélevé 1000 milliards de litres d'eau douce, l'équivalent de 250 000 piscines olympiques. Ces données du ministère de l'Environnement, qui n'avaient pas encore été rendues publiques, apportent un nouvel éclairage sur cet enjeu de la campagne électorale.

Un texte de Thomas Gerbet

« Comment se fait-il qu’on largue notre eau comme ça? » L’interrogation de l’animateur Patrice Roy a pris de court les chefs lors du grand débat, jeudi soir.

Il était question des redevances, sept fois plus élevées en Ontario qu’au Québec, imposées aux entreprises qui font de l’extraction d’eau, comme les embouteilleurs.

En fait, les données compilées par Radio-Canada démontrent que ces compagnies comptent pour une infime partie (1,4 %) de toute l’eau douce prélevée par les industries soumises aux redevances.

Deux types de redevances sur l’eau au Québec

Plusieurs centaines de bouteilles de plastique vides défilent sur un tapis roulant dans une usine de Coca-Cola.Des bouteilles de plastique prêtes à être remplies dans une usine de Coca-Cola. Photo : Getty Images / George Frey
  • Il en coûte 70 $ par million de litres d’eau pour les entreprises qui utilisent l’eau comme composante de leur produit. On retrouve dans ce groupe les embouteilleurs d’eau, les fabricants de boissons, les brasseries, les producteurs de ciment, de béton, d’engrais, de produits chimiques, de même que les extracteurs de gaz et de pétrole.

En 2017-2018, ces entreprises ont prélevé 13 milliards de litres d’eau et payé 920 500 $ de redevances au Québec.

  • Il en coûte 2,50 $ par million de litres d’eau pour les entreprises qui utilisent l’eau dans leur processus de fabrication. On retrouve dans ce groupe les usines de pâtes et papiers, les compagnies minières, les centrales thermiques, les usines chimiques, la métallurgie ou encore l’industrie alimentaire.

En 2017-2018, ces entreprises ont prélevé 935 milliards de litres d’eau du Québec et ont versé 2,4 millions de dollars de redevances au gouvernement.

« C’est ridicule », réagit la directrice du groupe environnementaliste Eau Secours, Alice-Anne Simard, à qui nous avons montré les chiffres du ministère de l’Environnement. « On donne notre eau, à toute fin pratique. »

Au Québec, on fait n’importe quoi.

Pierre J. Hamel, professeur-chercheur, Institut national de recherche scientifique (INRS)

En Europe, le prix de l’utilisation de l'eau varie de 2000 $ par million de litres (Italie) à 10 000 $ (Danemark). C’est sans commune mesure avec les redevances de 2,50 $ et 70 $ du Québec.

L’eau fait rouler l’économie

L'usine de Produits forestiers Résolu à AlmaPapeterie de Produits forestiers Résolu à Alma Photo : Radio-Canada

On ne le réalise pas toujours, mais l’eau sert à fabriquer à peu près tout. Par exemple, la pâte à papier qui sort des machines est composée à 99 % d’eau et à 1 % de fibres.

L’eau sert aussi au nettoyage des usines, au refroidissement, à la production de vapeur...

Malgré les efforts des compagnies comme Kruger pour réduire leur consommation et traiter l’eau qu’ils ont utilisée, « l’industrie papetière rejette dans les cours d’eau divers contaminants dilués dans un grand volume d’eau », selon ce qu’on peut lire sur le site du ministère de l’Environnement du Québec.

Sur la Côte-Nord, la mine Mont-Wright, d’ArcelorMittal, consomme plus de 12 milliards de litres d’eau par année, ce qui devrait lui coûter environ 30 000 $.

En 2015, les trois alumineries d'Alcoa au Québec ont consommé un milliard de litres d'eau, pour un total de 2500 $.

Les propositions des partis politiques

Un montage photo montre les quatre chefs.De gauche à droite : François Legault, Philippe Couillard, Manon Massé et Jean-François Lisée, lors du débat des chefs de Radio-Canada. Photo : Radio-Canada

Québec solidaire a été le premier parti politique à proposer une augmentation des redevances sur l’eau au début de la campagne électorale. Le Parti québécois a fait de même en présentant son cadre financier.

Le Parti libéral du Québec et la Coalition avenir Québec n'avaient fait aucune promesse à ce sujet avant la publication de ce texte. Lundi, les deux partis se sont engagés à hausser les redevances, sans fournir d'objectif chiffré.

« Ce n'est pas suffisant », a déclaré le chef libéral Philippe Couillard. Il promet une annonce plus précise dans les prochains jours.

« Ce n'est certainement pas assez, a dit pour sa part le candidat de la CAQ François Bonnardel. Vous pouvez être assurés qu'on va aller chercher plus que les 3 millions de dollars. » Combien? « On va l'évaluer en temps et lieu », a répondu le candidat caquiste.

Des milliers de milliards de litres d'eau prélevés gratuitement au Québec

De nombreuses entreprises peuvent puiser ou détourner l’eau sans rien payer. La loi prévoit que les compagnies qui prélèvent moins de 75 000 litres par jour n’ont pas à payer de redevance. C’est valable autant pour l’embouteillage que pour les usines de fabrication.

Arrosage d'un champ de blé. L’agriculture est de très loin la plus grande consommatrice d’eau gratuite. Photo : Getty Images

Par ailleurs, aucune redevance sur l’eau n’est imposée au secteur de l’agriculture, aux travaux de génie, et aux usages non commerciaux (aqueducs municipaux, par exemple).

L’agriculture est de très loin la plus grande consommatrice d’eau gratuite. Pour produire un kilo de blé, il faut 1000 litres d’eau. Pour un kilo de poulet, ce sont 4000 litres et pour un kilo de boeuf, 15 000 litres.

Si l’on additionne toutes les activités qui ont prélevé de l'eau du Québec, l'an dernier, le ministère de l’Environnement calcule le chiffre astronomique de 2 603 922 363 593 000 litres d’eau. C’est une fois et demie le volume d’eau du lac Ontario ou cinq fois le lac Érié.

Et encore, ce chiffre n’inclut pas toute l’eau prélevée qui échappe à la vigilance du gouvernement. Québec reconnaît lui-même ne pas avoir un portrait complet des prélèvements d'eau.

En effet, de nombreuses usines et entreprises n’ont pas de compteurs d’eau. Ce n’est pas obligatoire dans la loi. Le législateur leur permet donc de faire une « estimation » de leur consommation.

Il a été récemment démontré que les entreprises utilisent moins d’eau lorsqu’elles installent des compteurs.

L’or bleu du Québec

Le fleuve Saint-Laurent et le Massif de Charlevoix.Le fleuve Saint-Laurent et le Massif de Charlevoix. Photo : iStock / Nouk

Le Québec possède 3 % des réserves mondiales d’eau douce. « On détient une richesse que tout le monde va nous envier de plus en plus dans ce siècle », a dit le chef libéral Philippe Couillard, lors du débat de jeudi soir.

Le premier ministre sortant a aussi ajouté : « Ça prend des entreprises qui sont intéressées de venir investir au Québec si on veut maintenir nos programmes gouvernementaux. »

Le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) s’est opposé cet été à une hausse des redevances sur l’eau. « Le fait qu’on paie moins cher de redevances nous permet d’avoir une meilleure stratégie au niveau de l’emploi », a déclaré le vice-président du CTAQ, Jean-Patrick Laflamme.

« Les entreprises ne vont pas partir, croit au contraire la directrice générale d’Eau Secours. La ressource, elle est ici, et le Québec a plusieurs autres avantages pour les compagnies, comme l’électricité pas chère ou la main-d’oeuvre qualifiée. »

On pourrait aller chercher beaucoup de revenus pour l’État et cet argent pourrait servir à protéger la ressource et assurer sa pérennité.

Alice-Anne Simard, directrice générale de la coalition Eau Secours.

Hydro-Québec et les producteurs d'hydroélectricité privés sont soumis à une autre forme de redevances sur l'eau québécoise qui est reversée au Fonds des générations.

Pour le professeur-chercheur de l’INRS, Pierre J. Hamel, c’est l’idée même de redevances qu’il faudrait remettre en cause. « C’est une mauvaise idée. Ça signifie que tout a un prix », déplore-t-il.

Selon lui, les entreprises les plus riches auront toujours les moyens de payer. « Ce qu’il faut, c’est mieux connaître ce qu’on a sous les pieds », dit M. Hamel. Il propose plutôt de restreindre l'utilisation.

L’eau, un bien commun au Québec

Un verre est rempli avec l'eau du robinet.Des pénuries d’eau affectent 4 personnes sur 10 dans le monde. Photo : iStock

Dans la province, l’eau a le statut particulier de « bien commun », ce qui signifie qu’elle fait partie du patrimoine et est disponible gratuitement à l’ensemble de la société, même si son exploitation peut nécessiter des coûts.

Les ménages québécois sont parmi les plus grands consommateurs d’eau au Canada et dans le monde.

« L’apparente abondance de l’eau peut être trompeuse, indique le document de la Stratégie québécoise de l’eau 2018-2030. L’eau constitue une ressource fragile qu’il faut protéger et économiser. »

On peut également lire dans le document gouvernemental : « Perçue comme facilement accessible, abondante, peu coûteuse et inépuisable, l’eau est souvent gaspillée avec une certaine insouciance. »

Québec indique enfin dans sa stratégie que « la redevance sur l'eau est un outil important pour la gestion de l'eau et permet de sensibiliser les entreprises à sa valeur. »

Mais quelle valeur? C’est bel et bien l'un des enjeux de cette campagne : déterminer le prix à mettre sur l’or bleu du Québec.

Politique provinciale

Politique