•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Le spectacle « Human Rights Now! » s’arrêtait à Montréal en 1988

    Michel Rivard, Daniel Lavoie, Tracy Chapman, Youssou N'Dour, Sting et Bruce Springsteen sur la scène, au Stade olympique.

    La tournée de concerts rock « Human Rights Now! » s'arrête à Montréal le 17 septembre 1988.

    Photo : Radio-Canada / Reportage au Téléjournal du 17 septembre 1988

    Radio-Canada

    Il y a 30 ans, Montréal était une des hôtes de la tournée mondiale du spectacle « Human Rights Now! ». Organisé par Amnistie internationale, le spectacle cherchait à conscientiser le monde au respect des droits de la personne. Revivez ce moment musical militant auquel participaient de grands noms du rock.

    L'automne 1988 marque le 40e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations unies.

    Pour souligner ce moment marquant, l’organisation Amnistie internationale organise une tournée mondiale de concerts. De grands noms de la musique rock décident de s’associer à l’initiative.

    C’est ainsi qu’en septembre et octobre 1988, Bruce Springsteen, Sting, Peter Gabriel et Tracy Chapman présentent le spectacle « Human Rights Now! ». La tournée les amène dans 15 pays pour une série de 20 concerts.

    L’événement se veut un moment de rassemblement pour tous les humains. Les artistes sont des activistes pour la cause du respect des droits de la personne. Ils souhaitent conscientiser le monde sur le sujet, tout en faisant campagne pour l’organisation Amnistie internationale.

    La tournée s’arrête à Toronto et à Montréal, les 15 et 17 septembre 1988. À Montréal, c’est le Stade olympique qui accueille une foule colossale de près de 50 000 personnes.

    Les artistes québécois Michel Rivard et Daniel Lavoie se joignent à la distribution initiale le temps d’un concert.

    Comme le rapporte le journaliste Paul Toutant au Téléjournal du 17 septembre 1988, la foule enthousiaste se laisse emporter par « un spectacle tout simplement fabuleux ».

    Téléjournal, 17 septembre 1988

    Bien sûr, la tournée est un succès retentissant et les grands noms du rock réussissent à attirer des foules immenses.

    Mais, comme on peut le constater dans le reportage, ce ne sont pas tous les spectateurs qui sont au fait de l’anniversaire souligné.

    La Déclaration à l’origine de la tournée mondiale

    40 ans avant la tournée mondiale d’Amnistie internationale, un document très significatif est approuvé à l’unanimité par l’Assemblée générale des Nations unies. Il s’agit de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

    Adoptée à Paris le 10 décembre 1948, elle fait du respect des droits de la personne une préoccupation d'ordre international.

    C’est un avocat canadien qui est à l’origine de ce document historique. En effet, John Peters Humphrey en a rédigé l’ébauche qui fut par la suite adoptée. Il dirigeait à cette époque, et jusqu’en 1966, la Division des droits de l'homme du Secrétariat des Nations unies.

    Il est également le fondateur de la branche canadienne d’Amnistie internationale en 1973.

    John Humphrey est interviewé à l'émission Aujourd'hui du 10 décembre 1963. Il indique que les nouveaux principes développés pour régir les droits de la personne ne sont pas toujours respectés.

    Aujourd’hui, 10 décembre 1963

    Malgré le non-respect de certains pays, l'avocat n’exclut pas l'influence profonde qu'a eue la Déclaration dans le monde. Le texte a notamment été reproduit dans la Constitution de nombreux pays africains.

    En 1988, la même année que la tournée « Human Rights Now! », les Nations unies remettent à John Humphrey le Prix des droits de l'homme.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Arts