•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enfants à l’école francophone : un défi payant pour les parents anglophones

Une famille souriante assise sur une plateforme en bois dans un sentier pédestre dans la forêt.
Erika Anderson, qui parle peu le français, et son mari, Jason Hutchinson, qui ne le parle pas du tout, ont tout de même choisi le système scolaire francophone pour leur fils Kai. Photo: Erika Anderson

Dans les écoles du Conseil scolaire francophone (CSF), contrairement aux écoles d'immersion française, tout se passe en français : de la scolarité, aux communications de la direction en passant par les réunions des comités de parents et les rencontres avec les enseignants. La majorité des élèves francophones de la Colombie-Britannique ont au moins un parent dont la langue maternelle n'est pas le français.

Plongeon dans l'univers de ces parents anglophones.

Un texte de Julie Landry

En faveur d’un environnement complètement francophone

Un père posant fièrement avec ses trois enfants devant la porte de la maison.Même si son français est rudimentaire, Evan Achtemichuk valorise la culture acadienne et francophone de ses enfants Alex, Ayla et Connor. Photo : Evan Achtemichuk

Les trois enfants d’Evan Achtemichuk fréquentent l’École Franco-Nord de Prince George. Son français est, il l’admet, bien rudimentaire. Il compte donc très largement sur sa femme, Carolle, une Acadienne du Nouveau-Brunswick, pour l’aide au devoir. « J’essaie d’aider où je peux, comme avec les mathématiques », explique le père de famille qui essaie quand même de suivre leur lecture.

Parfois, ils me corrigent. Ils adorent ça!

Evan Achtemichuk, père de trois enfants à l'École Franco-Nord de Prince George

Voudrait-il que l’école traduise plus de papiers? Non, parce que, selon lui, la façon de faire du CSF est la bonne pour donner de meilleures chances à ses enfants. « Il faut leur donner l’environnement pour qu’il puisse acquérir les meilleures compétences », dit-il avec assurance. « Je crois qu’une école à 100 % francophone donne les meilleures chances d’atteindre cet objectif », ajoute-t-il, admettant qu'il aime quand les enseignants lui répondent en anglais pour qu’il comprenne.

Son truc : demander à son aîné de lui traduire certains mots.

Des défis insurmontables?

Si certains parents anglophones arrivent à naviguer dans le système francophone, notamment à l'aide de leur conjoint francophone, d'autres n'arrivent pas à surmonter les défis.

Les médias sociaux à la rescousse

Une mère avec ses deux enfants, tous souriants, posant devant la table de cuisine de leur maison.Quand elle entend ses deux enfants parler à leurs grands-parents québécois en français, Marialena Brossard est remplie de fierté. Photo : Marialena Brossard

Pour Marialena Brossard, la mère de deux élèves de l’École des Pionniers-de-Maillardville, il est difficile de ne pas recevoir toutes les communications dans les deux langues.

Elle a donc créé une façon de trouver des réponses quand son mari n’est pas disponible pour l'aider. « Je me suis dit : je ne peux pas être la seule dans cette situation! Parfois, on se sent seule parce que tous les parents francophones se regroupent et discutent ensemble. Nous, les anglophones, on se dit qu’il faut se trouver des amis! »

Elle a donc décidé de créer un groupe Facebook en anglais pour les parents pour qu’ils s’entraident. Que ce soit pour des questions liées aux devoirs, aux activités de l’école ou à une note de service mal comprise, la question est posée au groupe et quelqu’un finit toujours par répondre.

Capture d'écran de la page Facebook intitulée Moms and Dads Of l'ecole De Pionniers.Marialena Brossard a créé ce groupe Facebook pour que les parents anglophones de l'École des Pionniers-de-Maillardville puissent s'entraider. Photo : Facebook

Le groupe a commencé avec 4 ou 5 personnes. Il comprend maintenant plus de 160 membres.

« C’est génial d’avoir cette connexion. Ce groupe m’aide à comprendre l’information dont j’ai besoin pour appuyer mon enfant dans cet environnement et m'évite de me sentir complètement déconnectée », explique-t-elle.

Elle avoue que c’est un défi pour elle de perdre tant de contrôle et elle aimerait bien que l’école traduise plus de papiers.

Regrette-t-elle d’avoir inscrit ses enfants dans le système francophone? Jamais. « Ils sont en 4e et en 5e année. Je dois dire que cela a été un défi, mais surtout une bonne décision parce que je regarde mes enfants communiquer avec leur mamie et leur papi, mon coeur se gonfle d’émotion. »

La clé : l’engagement scolaire

Un père, une mère et leur fils habillés élégamment, avec en arrière-plan, des arbres en flou.Jason Hutchinson et Erika Anderson sont très fiers des compétences linguistiques en français de leur fils, Kai. Photo : Erika Anderson

Ni Erika Anderson ni son mari ne sont des ayants droit, mais ils ont pu bénéficier d’une politique assouplie pendant quelque temps au CSF pour inscrire leur enfant à l’École Mer-et-Montagne de Campbell River.

Erika Anderson a étudié en immersion française. Elle peut aider son fils pour la base, mais a plus de difficulté à comprendre les bulletins ou les notes plus techniques. Son mari ne parle pas du tout français. « Il a toujours voulu parler une deuxième langue. Il est très fier des habiletés de son fils en français », raconte-t-elle.

Son mari et elle ont pris la décision ensemble d’offrir une deuxième langue première à leur fils, malgré les défis. « Avec une école du CSF, on savait que les compétences de notre fils en français allaient largement dépasser celles qu’il aurait acquises en immersion française. Nous croyons aussi que c’est une partie importante de la culture canadienne », ajoute-t-elle.

Elle ne voudrait pas que l’anglais ait plus de place à l’école.

 Même si c’est un peu difficile pour nous, nous comprenons pourquoi c’est comme ça. 

Erika Anderson, mère d'un élève de l'École Mer-et-Montagne de Campbell River

Son truc : « Ne soyez pas gênés de demander de l’aide, et c’est important, même si le français n’est pas votre langue première, de participer aux activités de l’école. »

Le directeur du CSF, Bertrand Dupain, est tout à fait d’accord avec elle. « C’est la plus belle chose. On ne demande pas aux gens de parler, mais de respecter, d’aider, de participer. Les enfants sont valorisés par cette attitude-là », a-t-il constaté au fil des ans.

Le taux de transmission de la langue

Dans la francophonie canadienne en milieu minoritaire, plus de deux élèves sur trois sont issus d’un couple exogame, c’est-à-dire de parents dont la langue maternelle est différente, le plus souvent l’anglais et le français. Le taux de transmission du français dans un milieu minoritaire est plus assuré si le conjoint anglophone est capable de soutenir une conversation en français, selon Rodrigue Landry, ancien directeur de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques.


Taux de transmission de la langue française en milieu minoritaire :

  • mère francophone avec un conjoint anglophone parlant le français : 63 %
  • mère francophone avec un conjoint ne parlant pas le français : 30 %
  • père francophone avec une conjointe anglophone parlant le français : 40 %
  • père francophone avec une conjointe anglophone ne parlant pas le français : 10 %

Source : Rodrigue Landry, ancien directeur de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques

Colombie-Britannique et Yukon

Éducation