•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire veut imposer un « changement de cap radical » à l'économie

Ruba Ghazal, Manon Massé et Simon Tremblay-Pepin.

Québec solidaire présente son plan de transition économique.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Québec solidaire (QS) a présenté vendredi à Montréal son vaste projet de modernisation de l'économie qu'il compte mettre en oeuvre pour lutter contre les changements climatiques, « le plus grand défi de notre siècle ».

Un texte de Ximena Sampson

L’objectif de ce plan de transition économique est de diminuer les gaz à effet de serre (GES) de 48 % par rapport au niveau de 1990, d’ici 2030, et de 95 % d’ici 2050.

Pour y arriver, QS compte mettre en place une série de mesures, au coût de 19,4 milliards de dollars au cours d’un premier mandat et de 73 milliards d’ici 2030.

« L’heure est au changement de cap radical », a soutenu la co-porte-parole du parti Manon Massé. « On ne peut plus y aller avec des mesurettes. »

Mme Massé reconnaît que ce sera difficile, mais dit croire que c’est ce que les Québécois souhaitent.

L’effort nécessaire pour y arriver va être colossal, mais on n’a pas le choix.

Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

Dans le domaine des transports, qui sont responsables de plus de 40 % des émissions totales de GES au Québec, QS mise sur un développement massif du transport en commun dans toutes les régions du Québec avec des investissements de 13 milliards de dollars en 2018-2022 et 32 milliards d’ici 2030.

Plusieurs mesures ont déjà été annoncées, dont :

QS veut aussi retirer progressivement des routes les véhicules à essence, dont la vente sera interdite dès 2030, et réduire le nombre de poids lourds sur les routes.

Dans cette même optique, le parti veut réduire l’étalement urbain. Pour ce faire, un gouvernement solidaire restreindrait les périmètres d’urbanisation et mettrait en place un moratoire sur le dézonage de terres agricoles.

Le parti de gauche s’engage également à procéder à une réforme de la fiscalité municipale, d’abord en transférant 1 % de la TVQ aux municipalités, puis en examinant les solutions pour remplacer la taxe foncière.

« Il faut changer les façons dont les Villes se financent, parce qu’elles sont toujours tentées d'aller chercher plus de foncier pour avoir plus de taxes », a précisé Simon Tremblay-Pepin, candidat de QS dans Nelligan.

Recyclage et obsolescence programmée

Un autre segment du plan est consacré à la valorisation des matières résiduelles. Québec solidaire propose l’adoption d’une loi sur l’obsolescence programmée, ainsi que diverses mesures pour encourager le recyclage et la consigne, et s’attaquer au suremballage, aux produits jetables à usage unique et au gaspillage.

Pour la transition énergétique, QS prévoit, entre autres, de prendre le contrôle de la filière du lithium. Si le parti prenait le pouvoir, il nationaliserait les mines de lithium et développerait la production de batteries, leur réutilisation et leur éventuel recyclage.

D'autres mesures concernent une conversion vers des bâtiments éco-énergétiques ainsi que la diversification des sources d'énergie renouvelables et la fin de la dépendance aux carburants fossiles.

Le parti prévoit que son plan permettra la création de 300 000 emplois d'ici 2030 dans les nouveaux secteurs qui seront développés, en plus de produire des revenus de 6,8 milliards de dollars dans un premier mandat et de 43,1 milliards d’ici 2030.

Élections provinciales

Politique