•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sondage place Brian Bowman en avance devant Jenny Motkaluk dans la course à la mairie

Brian Bowman, maire de Winnipeg.

Brian Bowman est le candidat préféré de 22 % des électeurs de Winnipeg pour devenir maire.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Radio-Canada

Brian Bowman est le choix préféré des électeurs de Winnipeg pour devenir maire, mais un grand nombre d'électeurs sondés n'ont pas encore décidé s'ils donneront un deuxième mandat au maire sortant.

Un sondage Probe Research commandé par CBC suggère que 22 % des répondants ont l'intention de choisir Brian Bowman comme maire le 24 octobre lors des élections municipales.

En comparaison, 11 % choisiraient son opposante Jenny Motkaluk, selon le sondage. Cependant, les résultats obtenus indiquent que 57 % des électeurs sondés de Winnipeg étaient indécis.

« Il y a un énorme montant d’indécis, a déclaré Mary Agnes Welch, chercheuse principale de Probe. Plus de la moitié des Winnipégois intérrogés sont indécis quant à savoir pour qui ils veulent voter pour le poste de maire. Ce nombre est considérable, même deux mois avant une élection. »

Lors des élections municipales de 2010 et 2014, les résultats de sondages de Probe dénombraient le nombre d’indécis à 25 % et 23 %, un mois avant les élections.

« Ils ne sont pas au coude à coude, mais je pense que Jenny Motkaluk connaît un peu plus de succès que ce que beaucoup de gens auraient imaginé », affirme Mary Agnes Welch.

Le maire sortant a qualifié le sondage d'encourageant, mais affirme que le seul sondage qui compte survient le jour du scrutin.

« Je ne me fais pas d'illusion. Je vais devoir travailler très fort avec mon équipe de bénévoles […] pour gagner le soutien des Winnipégois », a lancé Brian Bowman après le lancement de sa campagne jeudi soir.

Jenny Motkaluk a également dit qu'elle était satisfaite du sondage.

« Cela nous met près de la tête », affirme-t-elle.

« Si un maire sortant de premier mandat n'obtient que 22 % des intentions de vote, ça m’indique que les Winnipégois sont à la recherche d’un changement », a-t-elle ajouté.

Méthodologie

La collecte des données s’est déroulée du 27 au 31 août 2018 par Internet auprès d'habitants de Winnipeg de plus de 18 ans par la firme Probe Research. Au total, 600 questionnaires ont été remplis. Les résultats ont été pondérés pour refléter la population winnipégoise. Il est impossible de calculer une marge d'erreur sur un échantillon non probabiliste comme celui-ci.

Le sondage suggère que sept autres candidats à la mairie, Don Woodstock, Tim Diack, Umar Hayat, Doug Wilson, Chris Clacio, Desmond Thomas et Venkat Rao Machiraju, bénéficient d'un soutien total de 5 % des électeurs sondés de Winnipeg.

Un dixième candidat à la mairie, Ed Ackerman, ne s'était pas encore inscrit au moment du sondage.

Taux d'approbation du maire sortant

Probe Research a également interrogé les répondants sur la performance de Brian Bowman en tant que maire et a constaté que son taux d'approbation avait diminué au cours de la dernière année.

Le sondage suggère que 52 % des Winnipégois sondés approuvent fortement ou modérément le rendement du maire sortant. Il s’agit d’une baisse par rapport à 59 % à l'automne 2017.

« Il est toujours à 52 %, ce qui n'est pas mal dans une ville qui a beaucoup de problèmes », ajoute Mme Welch.

Selon elle, « dans une certaine mesure, le problème de l'intersection de l'avenue Portage et de la rue Main a vraiment été un catalyseur ».

Le même sondage Probe Research a révélé que 67 % des répondants s'opposent à la réouverture de l'intersection aux piétons.

Manitoba

Politique municipale