•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Envoyé spécial
  • La tempête Florence fait ses premiers morts en Caroline du Nord

    La parc Union Point, situé à New Bern, en Caroline du Nord, est inondé à la suite du passage de la tempête Florence.

    Photo : Reuters / Eduardo Munoz

    Radio-Canada

    Florence, qui est maintenant une tempête tropicale plutôt qu'un ouragan, a fait ses premiers morts aux États-Unis, dont une femme et son bébé à Wilmington, en Caroline du Nord. Le président Donald Trump se rendra la semaine prochaine dans les zones touchées, a annoncé la Maison-Blanche.

    « Une femme et son bébé ont été tués lorsqu'un arbre est tombé sur leur maison. Le père a été blessé » et hospitalisé, a écrit la police de Wilmington sur Twitter.

    De plus, une personne a trouvé la mort en branchant un générateur et une femme qui souffrait de problèmes cardiaques s'est éteinte après avoir appelé les secours.

    Accompagnée de pluies torrentielles et de vents violents, Florence, alors classée comme un ouragan de catégorie 1 sur l’échelle de Saffir-Simpson, a touché terre en Caroline du Nord vendredi matin.

    Les autorités appréhendent des inondations « catastrophiques ». Des averses et de forts vents balaient les Carolines du Nord et du Sud, inondant les rues et laissant des centaines de milliers de personnes sans électricité. Les précipitations records devraient se poursuivre au moins jusqu’en fin de journée samedi.

    Un homme devant un arbre déraciné après le passage de l'ouragan Florence.

    Un arbre déraciné par la force des vents à Wilmington, en Caroline du Nord.

    Photo : Radio-Canada / Maxime Beauchemin

    « L'ouragan Florence a touché terre près de Wrightsville Beach, en Caroline du Nord, à 7 h 15, avec des vents maximums estimés à 150 km/h », a annoncé le Centre national des ouragans (NHC).

    La force des vents a par la suite décru. À 11 h, selon le NHC, les vents maximums étaient de 130 km/h. La vitesse de déplacement de l'ouragan était alors de 6 km/h, comparativement à 25 km/h la veille.

    En après-midi vendredi, le NHC a indiqué que Florence était maintenant une tempête tropicale et que ses vents soufflaient à 110 km/h.

    Des feux de circulation et un panneau routier sont tombés au sol.

    Les vents ont atteint 170 km/h à Wilmington, en Caroline du Nord.

    Photo : Radio-Canada / Maxime Beauchemin

    Puisque Florence avance plus lentement, les averses s’abattent plus longtemps au même endroit et aggravent les risques d’inondation. C’est donc l’eau qui causera le plus de dégâts au cours du passage de la tempête.

    Le président Donald Trump ira dans les régions touchées par Florence « en début ou milieu de semaine prochaine », a annoncé vendredi la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders. Elle a expliqué qu'il fallait d'abord s'assurer que ce déplacement ne gênera pas le travail des services de secours.

    Dans l’oeil de Florence

    L’oeil de l’ouragan est passé à Wilmington en Caroline du Nord, vendredi, après une nuit de pluies diluviennes et de vents atteignant jusqu’à 170 km/h.

    Pendant le passage de l'oeil, les vents ont diminué et la pluie a pratiquement cessé pendant quelques heures. Notre équipe, composée du journaliste Philippe Leblanc et du caméraman-monteur Maxime Beauchemin, a profité de cette accalmie facilitant les déplacements pour aller mesurer l’ampleur des premiers dégâts avant que l’ouragan ne souffle à nouveau sur Wilmington.

    Un mur de brique effondré.

    La ville de Wilmington, en Caroline du Nord, est sur la trajectoire de l'ouragan,

    Photo : Radio-Canada / Maxime Beauchemin

    Partout, des débris jonchaient les rues, des branches et des arbres cassés partaient au vent, et des lignes électriques se sectionnaient, ce qui explique le nombre grandissant de pannes d’électricité.

    En roulant, on a vu une grosse boule rouge illuminer le ciel. C’est un transformateur [électrique] qui a explosé.

    L'envoyé spécial de Radio-Canada à Wilmington, Philippe Leblanc
    Un poteau et des fils électriques renversés par la force des vents.

    Des résidents de la Caroline du Nord sont privés d'électricité.

    Photo : Radio-Canada / Maxime Beauchemin

    « On n'a absolument vu personne dans les rues [de la ville] et les feux de circulation sont inopérants », explique notre journaliste.

    « Les pannes d’électricité [plongent] des quartiers entiers dans le noir complet, poursuit-il, il n’y a pas de feux de circulation, des débris et panneaux de circulation jonchent le sol. »

    Lane Pittman, de Jacksonville, en Floride, se tient face au vent et à la pluie sur Ocean Boulevard, à Myrtle Beach, pendant l'ouragan Florence.

    Lane Pittman, de Jacksonville, en Floride, se tient face au vent et à la pluie dans Ocean Boulevard, à Myrtle Beach, pendant l'ouragan Florence.

    Photo : Reuters / Randall Hill

    À d’autres endroits, ce sont les crues surprises ou les inondations soudaines qui menacent la communauté, a-t-il souligné. « L’océan pourrait monter de trois mètres à certains endroits. »

    La plupart des résidents de Wilmington ont déserté les rues de la ville. Mais certains ont décidé de rester.

    C'est le cas de Jean-Thomas Kobelt, qui a décidé d'attendre l'ouragan de pied ferme dans sa maison barricadée.

    En entrevue à ICI RDI, M. Kobelt a indiqué qu'il avait décidé d’ignorer l’avis d’évacuation parce qu’en 26 ans passés dans cette ville, il a connu plusieurs situations similaires. « J’ai déjà vécu ça avec les ouragans Bertha, Fran, Floyd », a déclaré M. Kobelt.

    Ça semble toujours plus difficile sur CNN, Wheather Channel ou à CBS que ce qui passe vraiment chez nous. Et avec trois chats et un chien, il est plus difficile d’évacuer les lieux.

    Un résident de Wilmington
    Une femme est postée sur sa galerie et regarde l'eau envahir le gazon.

    Une femme regarde l'eau monter de plus en plus près de la porte de sa résidence, à New Bern, en Caroline du Nord.

    Photo : The Associated Press / Gray Whitley/Sun Journal

    Le pire à venir

    Le gouverneur de la Caroline du Nord, Roy Cooper, a exhorté les résidents à obéir aux ordres d'évacuation et à quitter leur domicile si on le leur demande. « Autrement, restez à l’intérieur et à l’écart des routes », a-t-il ajouté.

    Une rue inondée de Wilmington.

    L'eau a envahi les rues de Wilmington.

    Photo : Radio-Canada / Philippe Leblanc

    Ne mettez pas vos vies ou celles de nos premiers répondants en danger.

    Le gouverneur de la Caroline du Nord, Roy Cooper.

    M. Cooper a demandé au gouvernement fédéral une aide supplémentaire pour faire face à Florence, car il prédit des dégâts majeurs jamais vus en Caroline du Nord.

    La ville de Wilmington a déjà reçu 75 cm d’eau, mais dans certaines régions, il tombera un peu plus d’un mètre de pluie.

    Combinées aux précipitations abondantes des dernières semaines, ces nouvelles pluies gonfleront le niveau de la mer. « Avec les précipitations que nous avons eues au cours des dernières semaines, il ne faudra que quelques pouces d’eau pour provoquer des crues soudaines », explique le porte-parole de l’Agence fédérale des situations d'urgence (FEMA).

    Un homme branché à un respirateur est assis, avec une personne couchée sur un lit en premier plan.

    Un homme branché à un respirateur est assis dans un refuge de la Croix-Rouge, attendant l'arrivée de l'ouragan Florence, à Grantsboro, en Caroline du Nord.

    Photo : Reuters / Eduardo Munoz

    La vie s'arrête, le temps de la tempête

    Au moins 20 000 personnes ont trouvé refuge dans 157 centres d'accueil, a affirmé le gouverneur Roy Cooper.

    Dans la ville de New Bern, en Caroline du Nord, les services d'urgence tentent de secourir des centaines de personnes bloquées dans leur résidence par des inondations.

    Les prisonniers sont également touchés par le passage de Florence. La direction de plusieurs centres correctionnels de la Caroline du Nord a transféré quelque 3000 détenus de prisons pour adultes et de centres correctionnels pour mineurs. Plus de 300 détenus de prisons de comté ont également été transférés dans des établissements de l’État.

    Un arbre déraciné.

    Les vents de l'ouragan Florence - même de catégorie 1 - ont déraciné un arbre à Wilmington.

    Photo : Radio-Canada / Philippe Leblanc

    Selon les autorités, quelque 1,7 million de personnes sont touchées par un avis d’évacuation en Virginie, en Caroline du Nord et en Caroline du Sud. Les maisons de près de 10 millions de résidents, qui se trouvent sur la trajectoire de l'ouragan Florence, demeurent sous surveillance.

    En prévision de la tempête, les écoles et les commerces ont fermé leurs portes.

    Le pare-brise arrière d'une voiture endommagé et un panneau par terre.

    L'ouragan Florence cause des dégâts à Wilmington, en Caroline du Nord

    Photo : Radio-Canada / Maxime Beauchemin

    Avec les informations de Associated Press, et Reuters

    Incidents et catastrophes naturelles

    International