•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débat des chefs : Manon Massé déplore « un combat de coqs »

Manon Massé
Manon Massé a eu près de cinq minutes de moins de temps de parole que ses adversaires durant ce premier débat de la campagne électorale. Photo: Radio-Canada / Jérôme Labbé
Radio-Canada

« Je n'ai juste pas contribué au combat de coqs », a déclaré Manon Massé à l'issue du débat de jeudi soir. La co-porte-parole de Québec solidaire (QS) ne s'est pas montrée offusquée d'avoir eu un temps de parole inférieur à celui des autres chefs.

Un texte de Romain Schué

« Je pense que parler par-dessus, ce n’est pas la façon que la population aime », a affirmé Mme Massé, quelques minutes après avoir participé à son premier débat en tant que candidate au poste de première ministre du Québec.

Avec près de cinq minutes de moins que François Legault, qui a obtenu le plus important temps de parole, la co-porte-parole de Québec solidaire a déploré le fait que ses concurrents s'interrompaient régulièrement, même si elle considère avoir eu l'occasion d'exprimer ses priorités.

« Moi, j’avais de la difficulté, même sur le plateau, à les entendre des fois. Je ne peux même pas imaginer ce que ça voulait dire à la maison. On est là pour amener nos idées. Malheureusement, je pense que se parler par-dessus l’un l’autre, ce n’est pas la façon de débattre », a-t-elle soutenu.

Les temps de parole :

  • Philippe Couillard : 30 min 23 sec
  • François Legault : 31 min 19 sec
  • Jean-François Lisée : 30 min 51 sec
  • Manon Massé : 26 min 29 sec

Ce n’est pas parce que les autres ont eu plus de temps qu’ils ont été mieux compris, car ils se parlaient par-dessus.

Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

A-t-elle été offusquée par la sortie de Philippe Couillard, au cours des discussions concernant la renégociation de l’ALENA? Alors que les chefs évoquaient la défense du système de gestion de l’offre, le chef libéral a interrompu Manon Massé. « Je vais être obligé de vous expliquer un peu », a-t-il lancé.

Est-ce du paternalisme, a demandé un journaliste à Manon Massé? « C’est à vous de le décider, de mettre le mot dessus. Moi, je n’avais pas fini. Il n’a pas voulu m’écouter avant que j’aie fini ma phrase », a-t-elle répondu.

Mettant quant à lui en avant « des échanges éclairants pour la population », Philippe Couillard s’est défendu d’avoir eu une telle attitude. Il n’a « pas du tout » été paternaliste, a-t-il affirmé.

« Il fallait corriger une exactitude, a-t-il précisé. Je l’ai fait sincèrement, sans aucune autre pensée que d’expliquer les choses. »

Jugeant la cacophonie « inévitable dans un débat politique », le chef libéral s'est également montré satisfait de voir « des personnalités fortes » qui ont voulu « s’exprimer ».

Politique provinciale

Politique