•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débat des chefs : qui a dit vrai? Voici notre épreuve des faits

Revoyez Le grand débat des chefs 2018

Certaines des affirmations des chefs ont été soumises à l'épreuve des faits. Retour sur cinq déclarations des aspirants au poste de premier ministre du Québec que nous avons vérifiées.


1. Élèves en difficulté

Les budgets pour les enfants en difficulté n’ont jamais diminué, même dans la période de retour à l’équilibre.

Philippe Couillard, chef du PLQ

Contrairement à ce que dit le chef libéral, il y a bel et bien eu moins d’argent pour les élèves en difficulté sous son gouvernement. En coupant 317 millions de dollars dans les budgets des commissions scolaires, lors des deux premières années de son mandat, plusieurs de ces commissions ont fini par trouver des économies dans les services aux élèves en difficulté. Partout au Québec, 270 postes de professionnels ont été abolis entre 2013-2014 et 2015-2016, comme des orthopédagogues ou des psychoéducateurs.


2. Accès à un médecin

Il y a toujours 59 % des Québécois qui ne sont pas capables de voir la journée même, ou le lendemain, un médecin de famille ou une infirmière.

François Legault, chef de la CAQ

Après avoir épluché les plus récentes statistiques du Commissaire à la santé et au bien-être, voici ce qu’on a trouvé : 88 % des médecins québécois n’ont pas pu donner un rendez-vous le jour même ou le lendemain parce que les heures de bureau ou de clinique sont limitées. Résultat : 60 % des visites aux urgences sont pour des problèmes mineurs.


3. Pénurie de main-d’oeuvre

Vous avez dit, [M. Legault] : "Il n’y en a pas de pénurie de main-d'oeuvre, il y a une pénurie de jobs à 25 $, 30 $ l’heure."

Philippe Couillard, chef du PLQ

Philippe Couillard et François Legault ne s’entendent pas sur les emplois non pourvus qui sont touchés par la pénurie de main-d’oeuvre au Québec.

Vérification faite, la proportion de tous les postes vacants rémunérés autour de 15 $ l’heure ou moins au Québec s’élevait à 22 % au premier trimestre de 2018, et à près de 30 % au début 2015.

4. Redevances sur l’eau

Actuellement au Québec, que ce soit Pepsi, Coca-Cola, Eska, Naya qui utilisent notre or bleu, savez-vous quelle est la redevance? 0,25 ¢ par mètre cube d’eau. C’est ridicule! Nous, à Québec solidaire, on va y aller à 7 ¢ par mètre cube d’eau.

Manon Massé, co-porte-parole de QS

Manon Massé s’est complètement emmêlé les pinceaux. Elle a d’abord confondu les redevances imposées aux embouteilleurs d’eau (7 ¢) avec celles imposées aux fabricants (0,25 ¢), comme les compagnies minières qui utilisent de l’eau dans leur production. Ensuite, Manon Massé s’est trompée dans son propre programme électoral. Québec solidaire ne propose pas 7 ¢ du mètre cube d’eau pour les embouteilleurs, mais 1,25 $, soit 18 fois plus.


5. Lait et gestion de l’offre

Le Québec produit 50 % du lait canadien, mais n’en consomme que 25 %.

Philippe Couillard, chef du PLQ

Le chef caquiste, François Legault, avait les mêmes chiffres sur la production de lait. Les deux hommes ont évoqué cette statistique pour expliquer que, selon eux, la gestion de l’offre laitière est indissociable de la fédération canadienne puisque le Québec, seul, produit un surplus de lait. Vérification faite, la production laitière du Québec est inférieure à 40 %, selon Statistique Canada. C’est plutôt le nombre de producteurs québécois qui représente 50 % des producteurs partout au pays.

Épreuves des faits

Politique