•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’épaulard J-50 est présumé mort par des scientifiques

Deux épaulards à la surface de l'eau.
J-50 et sa mère J-16 près de Port Renfrew en août dernier. Photo: Brian Gisborne/Pêches et Océans Canada
Radio-Canada

La jeune orque malade dont l'état est surveillé depuis le milieu de l'été serait décédée, selon le Centre de recherche sur les baleines, un organisme engagé par l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) pour surveiller la population d'épaulards résidents du sud sur la côte ouest.

Le président du centre, Ken Balcomb, affirme que l’orque J-50 est présumée morte, n’ayant pas été vue par les autorités canadiennes et américaines depuis vendredi dernier.

Des recherches par bateau et par avion ont été effectuées jeudi afin de repérer l’animal, mais sans succès.

Plus tôt dans la journée, Pêches et Océans Canada et la NOAA ont indiqué que J-50 n’a pas été vue depuis plusieurs jours, malgré d’excellentes conditions d’observation. Les autres épaulards de son groupe, incluant sa mère, J-16, ont été observés.

L’épaulard résident du sud est en voie de disparition. Il ne reste qu’environ 75 représentants de cette espèce dans les eaux du nord-est de l’océan Pacifique.

« La perte d’une baleine est tragique, mais les problèmes de reproduction de la population entière sont catastrophiques, dit Ken Balcomb. Nous assistons à l’extinction au ralenti [de l’espèce]. »

Colombie-Britannique et Yukon

Faune marine