•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fouilles archéologiques prometteuses dans Saint-Roch

Des archéologues sont en place sur le site de l'ancien poste de la Reine durant les travaux d'excavation. Photo: Radio-Canada / Nahila Bendali Amor
Radio-Canada

Le site de l'ancien poste d'Hydro-Québec sur la rue de la Reine, dans le quartier Saint-Roch, fait l'objet de fouilles archéologiques qui pourraient permettre d'en apprendre davantage sur la vie domestique à la fin du 19e siècle.

Des fouilles sont en cours depuis cinq semaines sur le site du poste de la Reine, lieu du plus vieux poste de transformation hydroélectrique au pays, qui a été en fonction pendant 120 ans.

Hydro-Québec, qui doit réhabiliter le site inutilisé depuis 2016, a mandaté une équipe d’archéologues afin de documenter l’information historique qui peut être mise au jour lors des travaux d'excavations.

Jusqu’à présent, les travaux ont permis de découvrir les fondations d’une ancienne savonnerie et d’une fabrique de chandelles, de même que plusieurs habitations et leurs latrines, mentionne l’archéologue d’Hydro-Québec, Bertrand Émard.

« En faisant les excavations ici, on a découvert des quantités de fondations de pierres qui appartiennent à des anciennes maisons. On a trouvé dans la documentation [ce qui correspond] à la construction d’une savonnerie et d’une fabrique de chandelles de 1830 ou environ », dit-il.

L’archéologue d’Hydro-Québec Bertrand Émard sur le site de fouilles archéologiquesL’archéologue d’Hydro-Québec, Bertrand Émard Photo : Radio-Canada / Nahila Bendali Amor

Vie quotidienne

Les travaux pourraient permettre d’en apprendre davantage sur le quotidien des habitants de l’époque, car de nombreux objets domestiques ont pu avoir été enfouis sur le site, souligne par ailleurs M. Émard.

« Quand les objets brisaient, il n’y avait pas de ramassage d’ordures en 1840-1850, donc dans le fond de terrain, la latrine était creusée là […] et on jetait ce qu’on avait à jeter et aussi des objets, des pièces de vaisselle cassée. »

Des morceaux de vaisselle, ustensiles, bouteilles et un pot de chambre complet ont notamment été mis au jour.

Les fondations des habitations sont par ailleurs en excellent état de conservation, ce qui aide à identifier les bâtiments sur des cartes anciennes. « On est capable de faire des relevés, des mesures, de déterminer comment le mur a été fabriqué, de quelle façon, en pierre sèche, etc. », précise M. Émard.

Hydro-Québec poursuivra ses fouilles dans les prochaines semaines et les découvertes archéologiques seront évaluées, documentées et inventoriées.

Après la décontamination et la remise aux normes du site, la société d’État va évaluer si elle a encore besoin du terrain. Si tel n’est pas le cas, elle pourrait l'offrir à la Ville de Québec ou le vendre.

D’après les informations de Nahila Bendali

Des archéologues sont en place sur le site de l'ancien poste de la Reine durant les travaux d'excavation.Des archéologues sont en place sur le site de l'ancien poste de la Reine durant les travaux d'excavation. Photo : Radio-Canada / Nahila Bendali Amor

Québec

Archéologie