•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une campagne basée sur « la surenchère clientéliste », dénoncent des experts

Le chef du Parti québécois Jean-François Lisée, la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, et le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard

Des experts évoquent « des promesses boutiques » et « des partis attrape-tout » dans cette campagne électorale

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

« Surenchère », « clientélisme », « manque de vision », « courtiers d'assurance » : les experts de la vie politique ne manquent pas de termes crus pour décrire la campagne électorale québécoise, qui contribue, selon eux, à alimenter le cynisme de la population envers les partis. Ils dénoncent une approche marketing utilisée à outrance dans le but de remporter ce scrutin.

Un texte de Romain Schué (Nouvelle fenêtre)

Depuis le début de la campagne électorale, le chef libéral Philippe Couillard aime répéter, durant chaque promesse électorale, que celle-ci répond à « ce que les gens demandent ».

Que ce soit pour annoncer la gratuité des transports en commun pour les étudiants et les aînés, la mise en place d’une deuxième carte d’assurance maladie pour les enfants ou encore la création d’un nouveau crédit d’impôt pour les proches aidants, cette même phrase revient sans cesse.

Le chef libéral n’est d’ailleurs pas le seul à utiliser ce type de propos. Chaque parti, jour après jour, n’hésite pas à évoquer des « discussions » avec les électeurs, qui ont mené à l'élaboration de leurs propositions.

« On est plus dans le mathématique que dans le visionnaire. C’est du clientélisme ciblé. La stratégie, c’est d’attirer le vote immédiatement et à la prochaine élection, on promettra autre chose », juge le politologue Éric Montigny, professeur à l’Université Laval.

Selon ce dernier, les partis politiques, en 2018, sont devenus « des partis attrape-tout ».

Les partis évoluent désormais selon l’humeur de l’électorat pour chercher de nouveaux électeurs. Il y a beaucoup moins d’engagements idéologiques.

Éric Montigny, professeur à l’Université Laval

Une « élasticité idéologique »

Selon Félix Mathieu, expert en science politique à l’UQAM, « seul Québec solidaire demeure un parti idéologique » dans cette campagne, alors que « les autres n’ont pas intérêt de se disperser du centre ».

« Avec la CAQ, le PQ et le PLQ, on observe une élasticité idéologique, explique-t-il. Ils tentent de ratisser le plus large possible, tout en tentant de ne pas déplaire à leur clientèle. »

Par exemple, reprend Félix Mathieu, les partis parlent allègrement de transport en commun à Montréal, avant de faire la promotion des autoroutes à Québec et dans d’autres villes. « Il y a un véritable flou idéologique qui est un peu inquiétant », indique-t-il.

Son collègue de l’UQAM, André Lamoureux, compare quant à lui les chefs à « des courtiers d’assurance ». « Ça n’en finit pas, il y a une situation de surenchère clientéliste, souligne le politologue. Quand QS parle d’un transport en commun à moitié prix, le PLQ arrive plus tard en parlant de gratuité. Avant, on voyait certains projets sociétaux. Là, c'est absent. On retrouve de nouvelles promesses chaque jour. »

Ils tentent de chercher un plus grand nombre de votes, mais en même temps, ils alimentent le cynisme en politique. Ce n’est vraiment pas bon pour la santé de notre système politique.

Félix Mathieu, expert en science politique à l’UQAM

L’absence du débat sur la souveraineté en cause

Comment expliquer cette stratégie politique? L’absence d’un débat sur la souveraineté serait notamment à l’origine de l’amplification de ce phénomène.

« La nouvelle génération d’électeurs ne s’intéresse plus à cette question et les partis se cherchent », détaille Éric Montigny, avant d’évoquer l’accélération du ciblage numérique.

« Un organisateur d’un parti m’a dit qu’il préfère avoir des adresses courriel et des comptes Facebook que des bénévoles. Avec ces outils, ils peuvent faire un microciblage très pointu et répondre à ce que les électeurs pensent », reprend-il, en assurant que les sondages traditionnels et les groupes de discussion, en amont d’une campagne, sont toujours pleinement utilisés par les partis.

Ces derniers agissent « comme Ikea », résume-t-il : « Ils font ton profil d’achat et regardent comment tu raisonnes. »

Un profilage qui n’est pas nouveau

L’électeur est devenu « un consommateur », confirme Thierry Giasson, politologue à l’Université Laval. Ce profilage, cependant, « existe depuis 20 ans au Québec, même s’il paraît plus aujourd’hui », reconnaît-il.

C’est très clair durant cette campagne. Les partis ciblent les jeunes familles qui vivent en banlieue, qui sont endettées, et qui sont coincées en voiture dans les congestions.

Thierry Giasson, politologue à l’Université Laval

Pour la première fois, rappelle-t-il, cette cible a un poids prépondérant, puisque les 18-39 ans représentent le tiers de l’électorat. Les partis peuvent donc réaliser des « promesses boutiques, très nichées », pour séduire cette tranche d’âge.

« Désormais, reprend Félix Mathieu, les grands projets sont au second plan, au profit de petites mesures ponctuelles. »

« On propose aux gens de magasiner, rajoute André Lamoureux. C’est un peu désolant. »

Politique provinciale

Politique