•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 M$ de plus pour le désamiantage de la polyvalente d'Amqui

Polyvalente Armand-Saint-Onge

Polyvalente Armand-Saint-Onge

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le désamiantage de la polyvalente Armand-Saint-Onge d'Amqui aura coûté 3 millions de dollars de plus que prévu. Estimée au départ à une somme variant de 5 à 7 millions de dollars, la facture s'élève maintenant à plus de 10 millions pour la Commission scolaire des Monts-et-Marées. Les travaux ont été plus longs et plus complexes que ce qui était prévu initialement.

La Commission scolaire a dû absorber les coûts, mais ils seront remboursés par le ministère de l'Éducation, selon la présidente Céline Lefrançois.

Polyvalente Armand-St-Onge d'Amqui

Polyvalente Armand-St-Onge d'Amqui

Photo : Radio-Canada

Par contre, on ignore toujours si les frais accessoires reliés au déménagement des élèves et du personnel seront absorbés par Québec. Sans donner de chiffres précis, Céline Lefrançois parle de quelques centaines de milliers de dollars. Ce sont plus les dépenses associées à la situation comme le transport et la location de locaux, précise-t-elle. Est-ce qu’ils vont défrayer à 100 %? On l’espère. On attend de voir, mais on est confiants.

Rappelons que la polyvalente Armand-Saint-Onge a été fermée pendant un an en raison de la découverte d'amiante. Les 600 élèves ont pu réintégrer leur école lors de la rentrée.

Recours collectif

En outre, la Commission scolaire des Monts-et-Marées devra rembourser environ 750 000 $ aux parents. En juillet, une entente globale de 153,5 millions de dollars est intervenue dans le cadre du recours collectif entrepris par des parents qui contestaient certains frais imposés par 68 commissions scolaires du Québec.

La présidente de la Commissions scolaire des Monts-et-Marées, Céline Lefrançois

La présidente de la commissions scolaire des Monts-et-Marées, Céline Lefrançois

Photo : Radio-Canada

Céline Lefrançois se dit déçue de ce jugement puisque cet argent ne pourra être investi dans l'aide aux élèves en difficulté. La Commission scolaire n'aura cependant pas à emprunter cette somme, assure-t-elle.

Ça n’occasionnera pas de coupures, mais ça n’occasionnera pas de réinvestissements non plus. On aurait pu investir cet argent dans l’aide aux élèves en difficulté.

Céline Lefrançois, présidente de la commission scolaire des Monts-et-Marées

C’est ça qui nous préoccupe beaucoup, ajoute-t-elle. On aurait pu s’en passer, mais que voulez-vous?

Céline Lefrançois mentionne cependant que la Commission scolaire avait pris des mesures pour alléger la facture imposée aux parents. On a pu passer les listes une par une pour voir : "Est-ce que ça c’est justifiable? Est-ce que ça, ce sont les parents ou l’école qui doivent payer?" Tout a pourtant été passé au peigne fin, soutient-elle.

Avec les informations de Michel-Félix Tremblay

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Éducation