•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le français remplacé par des pictogrammes sur les panneaux routiers

Le reportage de Mathieu Prost

Québec veut remplacer les indications unilingues françaises des panneaux routiers par des pictogrammes. Le ministre des Transports du gouvernement sortant, André Fortin, l'a confirmé au journal anglophone The Suburban.

Selon le député sortant de D’Arcy-McGee, David Birnbaum, qui a déposé en mars 2017 une pétition sur la question, le ministre s’est engagé à poursuivre le processus en cours et à l’accélérer en ce qui concerne les panneaux électroniques à message variable.

La pétition, signée par 6938 personnes, réclamait que « tous les panneaux et alertes/messages électroniques relatifs à la santé ou la sécurité soient en français et en anglais, quand aucun symbole ou pictogramme n’existe ».

Cela concerne notamment les messages :

  • « Pour votre sécurité »;
  • « Respectez les feux de voies »;
  • « Risque d’aquaplanage »;
  • « Dégel »;
  • « Ralentir »;
  • « Allumez vos phares »;
  • « Voie cahoteuse »;
  • « Sécurité »;
  • « Incident voie droite bloquée ».

C’est une question de sécurité, affirme David Birnbaum. « On parle de sécurité routière pour tout le monde, y compris les Québécois qui ne sont pas de langue française, les touristes, les camionneurs qui viennent d’autres juridictions et qui ont besoin de savoir très vite et de façon très nette s’il y a risque d’aquaplanage ou de dégel », ajoute-t-il.

Du côté du ministère des Transports, on affirme que le processus de remplacement des panneaux en français par des pictogrammes est en cours depuis des années. Quelque 90 % d’entre eux sont déjà des pictogrammes.

« Lors du développement de nouveaux panneaux, c'est le pictogramme qui est privilégié », a affirmé un porte-parole du ministère des Transports, Martin Girard.

Lisée maintiendrait le français

Invité à réagir sur le sujet, le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, a soutenu que, s'il était élu premier ministre, le français conserverait sa place sur les panneaux de signalisation.

Le chef péquiste a « condamné » l'absence de défense du français par le gouvernement Couillard sur cette question.

Selon lui, mettre des pictogrammes sur les panneaux est une bonne idée, mais pas au détriment du français.

Garder le français sous le pictogramme permettrait aux touristes américains d’apprendre des mots en français, a-t-il dit mi-sérieux, mi-blagueur.

De mettre des pictogrammes pour que tous puissent comprendre, je veux bien, mais je ne vais pas faire reculer le français sur l’espace public.

Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

Politique provinciale

Politique