•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La N.-É. satisfaite du nombre de travailleurs qualifiés étrangers qu'Ottawa lui alloue

Lena Diab répond à une question lors d'une conférence de presse.
La ministre de l'Immigration de la Nouvelle-Écosse, Lena Diab Photo: La Presse canadienne
Radio-Canada

La Nouvelle-Écosse se contente du nombre de travailleurs qualifiés étrangers que le fédéral lui a alloué pour 2018, contrairement à ce que font les autres provinces des Maritimes. La province a en principe le plus important quota de ces immigrants dans la région, mais le Nouveau-Brunswick doit en recevoir davantage cette année.

Jusqu’à maintenant, la Nouvelle-Écosse a accueilli 570 des 792 travailleurs qualifiés qui lui sont accordés pour 2018 et est en voie d’atteindre son objectif d’ici la fin de l’année. La ministre de l’Immigration, Lena Diab, affirme que, d’ici là, il ne sert à rien de demander à Ottawa de lui consentir une plus grande part du programme.

Programme pilote d’immigration au Canada atlantique

Le gouvernement fédéral a lancé le programme pilote d’immigration au Canada atlantique en mars 2017, pour une période de trois ans. Il vise à attirer des milliers de travailleurs qualifiés étrangers dans la région.

La Nouvelle-Écosse a obtenu le plus important quota provincial, soit 792. Mais le programme n’y a pas connu le succès escompté en 2017 : seuls 201 immigrants se sont installés dans la province.

Le gouvernement a adopté des mesures pour mieux faire connaître le programme auprès des entreprises néo-écossaises. En 2018, jusqu’à maintenant, la Nouvelle-Écosse a attiré 570 travailleurs qualifiés étrangers, une nette amélioration par rapport à l’année précédente.

En juillet, le fédéral a ajouté 500 places pour la région, portant le total à 2500. Le Nouveau-Brunswick en a obtenu 400 et l’Île-du-Prince-Édouard a obtenu les cent autres.

Besoins uniques

Lena Diab ne peut pas s’avancer sur l’approche des autres provinces des Maritimes par rapport à la main-d’œuvre qualifiée, affirmant que la Nouvelle-Écosse a de toute façon des besoins uniques.

Des immigrants lors d'une assermentation pour l'obtention de la citoyenneté canadienne.Des immigrants lors d'une assermentation pour l'obtention de la citoyenneté canadienne. Photo : iStock

Elle dit que, quand la Nouvelle-Écosse atteindra ses objectifs annuels, elle négociera avec Ottawa pour attirer plus de travailleurs spécialisés. La ministre Diab souligne cependant que les candidats qui s’établissent dans la province sont hautement qualifiés.

Elle dit aussi que les autres programmes d’immigration, comme le programme des candidats provinciaux, connaissent du succès en Nouvelle-Écosse. D’ailleurs, elle est extrêmement satisfaite des données les plus récentes sur l’immigration. Statistique Canada rapporte que 3530 personnes sont arrivées dans la province du 1er janvier au 31 juillet 2018.

Pour la même période, en 2016, il y en avait eu 3890. Il s’agissait alors d’un record, établi en partie grâce à l’arrivée de 1475 réfugiés syriens. La grande majorité des nouveaux arrivants cette année ne sont pas des réfugiés.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Société