•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ présente un cadre financier conforme aux prévisions de la VG

Le chef du PQ Jean François Lisée avec Véronique Hivon et Nicolas Marceau
Le PQ chiffre ses engagements à 1,4 milliard Photo: Radio-Canada / Bruno Giguère
Radio-Canada

Croissance économique, prévisions de revenus, contrôle de la dette... Le Parti québécois reprend dans son cadre financier plusieurs des données contenues dans le rapport prélectoral du ministère des Finances (MFQ), jugé « plausible » par la vérificatrice générale le 20 août dernier.

Un texte de Jérôme Labbé, Hugo Lavallée et François Messier

Contrairement au PLQ et à la CAQ, le document d'une dizaine de pages présenté jeudi matin à la permanence du PQ ne mise pas sur une croissance plus forte que prévu.

En contrepartie, pour équilibrer son cadre financier, le PQ entend geler l'enveloppe de rémunération des médecins, ce qui lui permettrait à terme de récupérer 1,25 milliard de dollars par année.

Au total, les engagements du parti atteindront 1,4 milliard de dollars en 2022-2023, une somme moins élevée que les promesses faites par le PLQ (2,4 milliards) et la CAQ (2,6 milliards).

Le PQ entend notamment investir à terme 470 millions de dollars pour réduire le tarif dans les centres de la petite enfance, de même que 400 millions dans le soutien à domicile; il s'agit de ses deux engagements les plus coûteux.

Sur le plan des revenus, le parti prévoit perdre 399 millions de dollars d'ici quatre ans en raison de la création d'un crédit d'impôt « solidarité aînés ». Ce manque à gagner serait compensé par une série de nouvelles entrées fiscales. Comme annoncé avant-hier, le PQ veut notamment imposer la TVQ sur les biens tangibles importés, instaurer une taxe sur les profits détournés et ajuster la taxe compensatoire des institutions financières. Il souhaite aussi augmenter la redevance sur l'eau et mettre fin à l'incorporation des médecins.

Le PQ entend par ailleurs résorber l'écart entre les dépenses projetées et le coût de reconduction des programmes de 868 millions de dollars en 2019-2020 et de 739 millions en 2020-2021 identifié par le ministère des Finances.

Le dernier budget du gouvernement Couillard prévoyait recourir à la réserve de stabilisation pour atteindre l'équilibre budgétaire, ce que le PQ ferait aussi, mais dans une proportion plus importante. À terme, la réserve atteindrait 5,3 milliards de dollars plutôt que les 8,6 milliards prévus par les libéraux.

Le Parti québécois insiste sur le fait que son cadre financier « remplit les exigences de l’Association des économistes québécois » et que, contrairement à ceux des trois autres partis politiques représentés à l’Assemblée nationale, le leur « a reçu le sceau de qualité de trois économistes indépendants », soit Bernard Sinclair-Desgagné, Jean-François Rouillard et Jean-Denis Garon. Or, le cadre financier de Québec solidaire a lui aussi été vérifié et approuvé par trois économistes indépendants.

En conférence de presse, le chef péquiste a soutenu que son cadre financier était « le plus crédible, le plus rigoureux, le plus économe, le plus respectueux des services qu'on doit prodiguer à nos élèves, à nos enfants, à nos aînés, à nos patients et aux citoyens ». Notre façon de gérer l’État est « généreuse et économe », a-t-il dit.

« Nous avons préparé ce cadre financier avec en tête l'absolue nécessité de ne jamais retomber dans des compressions budgétaires pour nos élèves en difficulté, les résidents en CHSLD, [et] ne plus jamais avoir une restriction, un rationnement des soins à domicile », a-t-il expliqué.

Une négociation ou une loi spéciale pour convaincre les médecins spécialistes

Interrogé sur l'importance pour le PQ de parvenir à geler l'enveloppe de rémunération des médecins pour pouvoir mettre en oeuvre l'ensemble de ces autres promesses électorales, Jean-François Lisée a expliqué qu'il comptait sur la négociation pour y parvenir, mais s'est dit prêt, au besoin, à aller devant les tribunaux, voire à recourir à une loi spéciale.

Notre plan A, c’est la négociation, pour les convaincre de laisser le 7 milliards, de faire un très grand geste d’abnégation et de solidarité […]. Et si ça ne fonctionne pas, on a un plan B et un plan C.

Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

Le chef péquiste est toutefois resté avare de commentaires lorsqu'il a été pressé de préciser comment il comptait convaincre les médecins de laisser tout cet argent sur la table.

« C’est une suggestion que m’a faite [l’ex-ministre libéral de la Santé] Claude Castonguay, de dire : "bon c’est un énorme geste que vous posez, de solidarité, comment est-ce qu’ensemble on peut définir les paramètres de ce geste de solidarité?" Parce que les médecins peuvent sortir de ça en rétablissant leur réputation de façon éclatante. »

« Ce serait un très beau moment social, en 2019, d’avoir des médecins qui disent : "oui, oui, on a compris, on veut faire notre part, on en a assez" . Moi, j’aimerais ça voir ça. […] C’est le geste le plus humaniste qu’un médecin puisse poser », a ajouté M. Lisée.

Entrevue avec Nicolas Marceau

Il a tout de même assuré qu'« aucun scénario » ne va faire en sorte qu'un seul dollar supplémentaire sera versé aux médecins. « Le chiffre, c'est zéro. On va commencer, dès le mois prochain, à suspendre le versement des sommes supplémentaires [versées aux médecins]. On n'enlève rien, mais tout ce qui est supplémentaire on va l'arrêter », a-t-il expliqué dans un premier temps.

« Est-ce qu'ils vont dégainer leurs avocats? Bien sûr. Est-ce qu'on va dégainer les nôtres? Bien sûr », a-t-il dit avant de demander formellement aux Québécois un « mandat » pour agir en ce sens le 1er octobre. Relancer plus tard sur la possibilité qu'un gouvernement péquiste utilise une loi spéciale pour parvenir à ses fins, M. Lisée a répondu : « nous allons utiliser tous les outils législatifs à notre disposition ».

M. Lisée a toutefois nié que les médecins soient les seuls visés par le Parti québécois pour hausser les revenus du gouvernement. Le PQ compte aller chercher 600 millions sur quatre ans en combattant le surdiagnostic et le surtraîtement des patients, 470 millions par année avec des mesures d'équité fiscale, et 160 millions en haussant les redevances sur l'eau, a-t-il indiqué.

Pendant qu'en bas de l'échelle, on aide les bas salariés, on augmente le salaire minimum, on aide les aînés [...], on discipline le haut de l'échelle pour avoir une société qui est plus juste, plus équitable et qui a plus de cohésion.

Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

Des choix questionnables, dit le PLQ

Carlos Leitao, candidat du Parti libéral dans Robert-Baldwin, a critiqué le choix du Parti québécois « d’alourdir le fardeau fiscal des Québécois » et de miser sur des revenus « hypothétiques » pour financer ses engagements.

Les libéraux reprochent à leurs adversaires péquistes de ne pas avoir tenu compte de l'impact sur la dette, et en conséquence sur le coût des paiements d'intérêt, d'une utilisation accrue de la réserve de stabilisation.

Dans un bref point de presse, à Québec, le ministre des Finances dans le gouvernement sortant a estimé que les différentes mesures feront augmenter les impôts des particuliers et des entreprises de 3 milliards de dollars.

« Ce sont des montants importants, très hypothétiques, qui finiraient par avoir un effet très négatif sur la croissance économique », a soutenu M. Leitao.

Je trouve ça un peu téméraire de leur part d’inclure ça tout de suite dans leur cadre financier.

Carlos Leitao, candidat du Parti libéral du Québec

« Le Parti québécois manque d’ambition et de courage politique, et ce cadre financier en fait la démonstration », a pour sa part commenté le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.

Selon lui, le PQ ne fait pas ce qu'il faut pour aller chercher de nouveau revenus, afin de réinvestir davantage en éducation, en santé et en environnement, comme le propose son parti.

La Coalition avenir Québec n'a pas commenté le cadre financier du PQ.

Les quatre cadres financiers disponibles

Le Parti québécois est le dernier des quatre principaux partis politiques québécois à déposer son cadre financier.

Le Parti libéral du Québec a déposé le sien hier, misant sur une croissance économique légèrement supérieure à celle prédite par le MFQ, ce qui lui a valu de vives critiques, le PQ et la CAQ l’accusant d’avoir caché des informations à la vérificatrice générale. Les libéraux ont chiffré leurs engagements électoraux à 2,4 milliards de dollars et se sont engagés à maintenir l'équilibre budgétaire sans piger davantage dans la réserve de stabilisation.

Le cadre financier de la CAQ, lui, a été déposé le 8 septembre dernier. Présenté comme « conservateur » et « équilibré », le plan prévoit cependant une croissance économique encore plus élevée que le PLQ, un « effet CAQ » largement critiqué par ses adversaires. Sa proposition de prendre 10 milliards de dollars dans le Fonds des générations pour réduire immédiatement la dette du Québec au 31 mars prochain a également été remise en question.

Enfin, le cadre financier de Québec solidaire a été dévoilé en deux temps. Ses prévisions de revenus, présentées en début de campagne, prévoient que l’État pourrait engranger 12 milliards de dollars de plus que prévu au terme d’un premier mandat solidaire de quatre ans, tandis que ses prévisions de dépenses, rendues publiques par voie de communiqué dimanche soir, ont confirmé l’intention du parti de gauche d’affecter tous les versements au Fonds des générations à la lutte contre les changements climatiques, une menace aussi réelle qu’imminente, juge-t-il.

Le Parti québécois n'avait pas déposé de cadre financier lors de la campagne électorale de 2014, le gouvernement sortant de Pauline Marois ayant déposé son budget deux semaines seulement avant de déclencher des élections anticipées, qu'il a finalement perdues.

Politique provinciale

Politique