•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le jour 21 de la campagne électorale en Mauricie/Centre-du-Québec

Les candidats de gauche à droite : Michelle Blanc, candidate du Parti québécois dans Mercier, Monsef Derraji, candidat pour le Parti libéral dans Nelligan et André Lamontagne, candidat de la Coalition avenir Québec.

Les candidats de gauche à droite : Michelle Blanc, candidate du Parti québécois dans Mercier, Monsef Derraji, candidat pour le Parti libéral dans Nelligan et André Lamontagne, candidat de la Coalition avenir Québec.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un panel politique sur la pénurie de main-d'oeuvre, un autre sur l'agriculture, voici le survol de la journée électorale du mercredi 12 septembre dans la région.

Manque de travailleurs dans le secteur manufacturier

Comment faire face à la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur manufacturier? Les représentants de l'industrie manufacturière ont posé la question mercredi, aux trois candidats de différents partis réunis à Trois-Rivières.

La Coalition avenir Québec (CAQ), le Parti libéral du Québec (PLQ) et le Parti québécois (PQ) ont répondu à cette invitation des gens d'affaires, alors que la campagne électorale bat son plein.

Des gens d'affaires du milieu manufacturier écoutent les positions de différents partis politique concernant les enjeux qui les touchent lors d'un panel organisé à Trois-Rivières.

Des gens d'affaires du milieu manufacturier écoutent les positions de différents partis politique concernant les enjeux qui les touchent lors d'un panel organisé à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

L’industrie manufacturière emploie plus de 400 000 personnes au Québec, mais fait face à de nombreux défis autres que la main d’oeuvre, comme le rapporte le président-directeur général de FAB 3R à Trois-Rivières, Yves Lacroix.

Il y a toutes les mesures fiscales à l’investissement, il y a tout ce qui concerne l’amélioration de productivité, l’exportation, l’ALENA qui est en train de se négocier.

Yves Lacroix, président-directeur général de FAB 3R à Trois-Rivières.

La candidate péquiste et experte numérique Michelle Blanc pense plutôt que la pénurie de main-d’œuvre est exagérée.

Elle soutient qu’ « il y a une bulle de pénurie de main-d’œuvre et des entreprises qui ne se sont pas adaptées aux changements démographiques ».

Michelle Blanc propose aux entreprises des initiatives pour faire en sorte qu’il y ait davantage d’immigrants, de femmes et de jeunes qui soient à l’emploi.

Notre dossier sur les élections provinciales 2018 au Québec

La parole aux producteurs agricoles

Les producteurs agricoles de la région ont pu poser des questions aux candidats des quatre principaux partis des circonscriptions de Trois-Rivières, Champlain, Maskinongé et Laviolette-Saint-Maurice, mercredi à Trois-Rivières.

Certains partis avaient deux représentants, d’autres trois.

Photo du panel et des citoyens qui y assistent.

Des candidats des quatre principaux partis ont exposé leur vision face aux enjeux du monde agricole, mercredi à Trois-Rivières, lors d’une rencontre organisée par la Fédération de l’UPA de la Mauricie.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Un thème était imposé à tous les partis, soit la question de la fiscalité foncière. Les candidats se sont aussi prononcés sur des enjeux comme l’environnement, le soutien à la relève, la sécurité du revenu et la main-d’oeuvre.

La main-d’oeuvre est rare en agriculture, souligne le vice-président de la Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Mauricie, René Perreault, qui et aussi producteur laitier et céréalier à Sainte-Anne-de-la-Pérade.

René Perreault affirme que même si les producteurs ne représentent pas un grand pourcentage de la population (2%), il dit que leur poids électoral compte.

Homme devant affiche de campagne électorale de l'UPA

Le vice-président de la Fédération de l'UPA en Mauricie, René Perreault, qui est aussi producteur laitier et céréalier à Sainte-Anne-de-la-Pérade

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

« Malgré qu’on est pas un grand nombre, on est très important, affirme René Perreault, qui et aussi producteur laitier et céréalier à Sainte-Anne-de-la-Pérade. L’agriculture est très importante. On mange trois fois par jour, donc on a besoin d’un agriculteur trois fois par jour. »

Quelques agriculteurs de la plus jeune génération étaient sur place, comme Jean-Félix Morin, président de la Fédération de la relève agricole en Mauricie.

« Au niveau des enjeux, c’est surtout l’augmentation du coût des terres en Mauricie qui est flagrante » , dit-il.

Acheter une terre aujourd’hui, c’est rendu un défi pour n’importe quelle relève, n’importe quelle entreprise.

Jean-Félix Morin, président de la Fédération de la relève agricole en Mauricie

Il ajoute que la sécurité du revenu est aussi un enjeu important.

Certains ont assisté la rencontre, organisée par la Fédération de l’UPA en Mauricie, en personne, alors que d’autres ont écouté la webdiffusion de la rencontre.

Pour une démocratie participative

La candidate pour Québec solidaire (QS) à Trois-Rivières, Valérie Delage, s’est prononcée en faveur de démocratie participative lors d’une discussion avec une dizaine de personnes sur le thème de « Vers la fin du cynisme? ».

Elle croit qu’il faut redonner un poids réel au vote de chaque citoyen et « ça passe nécessairement par la réforme du mode de scrutin; un mode proportionnel mixte compensatoire, peut-on lire dans le communiqué de Québec solidaire (QS).

Si elle est élue, Valérie Delage compte demander l’opinion des citoyens sur comment dépenser une partie de l’argent disponible pour la circonscription, en appliquant la formule du budget participatif, comme le fait déjà Gabriel Nadeau.

Mentionnons que le candidat du Parti libéral du Québec (PLQ) dans la circonscription de Maskinongé Marc H. Plante, a reçu la visite du ministre des Finances sortant, Carlos Leitão, et la ministre de l’Économie sortante, Dominique Anglade.

Mauricie et Centre du Québec

Politique provinciale