•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pluie et vents forts précèdent l'ouragan Florence aux États-Unis

Des vagues se cassent sur la structure d'un quai en Caroline du Nord.

Un curieux posté à l'Avalon Fishing Pier à Kill Devil Hills, en Caroline du Nord.

Photo : La Presse canadienne / Gerry Broome/AP

Radio-Canada
Mis à jour le 

Les habitants qui ont décidé de ne pas quitter les Carolines du Nord et du Sud pour affronter l'ouragan Florence, rétrogradé en catégorie 1 sur l'échelle de Saffir-Simpson dans la nuit de jeudi à vendredi, se préparent au choc. Le Centre national des ouragans (NHC) prévoit que Florence perdra de son intensité en touchant terre, mais entre-temps, la pluie est déjà au rendez-vous.

Jeudi, la côte de la Caroline du Nord était déjà fouettée par les vents de l'ouragan, avant même que Florence n'ait touché terre pour déverser de 50 à 75 centimètres de pluie, avec plus d'un mètre par endroits.

Selon le NHC, le cœur de l'ouragan passera près du sud de la Caroline du Nord et de l'est de la Caroline du Sud ou frappera ces régions, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Ce qui pourrait rendre cet ouragan très dangereux, ce sont les ondes de tempête mortelles, les inondations côtières et les pluies attendues loin à l'intérieur des terres. Plus Florence passera de temps près des côtes, plus l'onde de tempête potentiellement mortelle sera poussée vers l'intérieur, selon le Centre national des ouragans.

Dans le cas d'une tempête sinueuse, la plus grande inquiétude est la quantité énorme de pluie, comme nous l'avons vu avec Harvey.

Chris Landsea, du Centre national des ouragans, sur les ondes de CNN

Les autorités de la Caroline du Nord évoquent une onde de tempête pouvant atteindre l’équivalent du « deuxième étage d'une maison ». Elles estiment que « des dizaines de milliers d'ouvrages devraient être inondés ».

Il s'agit d'une horrible tempête cauchemardesque, du point de vue météorologique.

Marshall Shepherd, professeur de météorologie à l'Université de la Georgie

Même s'il a été rétrogradé, l’ouragan demeure dangereux et imprévisible, met en garde le NHC.

Au total, entre un et trois millions d'usagers pourraient être victimes de coupures de courant dans les deux États de Caroline, a indiqué le fournisseur d'électricité Duke Energy, basé dans la région. Près de 3000 électriciens en renfort de plusieurs États voisins pour rétablir le courant une fois l'ouragan passé, a indiqué la compagnie.

Au moins 88 000 personnes étaient privées d'électricité jeudi en Caroline du Nord, alors que la tempête en était à ses prémices, ont rapporté les services de gestion des secours de l'État.

Le réseau de transport aérien est également touché. Les médias rapportent que plus de 1000 vols ont déjà été annulés.

« L'ouragan Florence n'était pas invité, mais il est là malgré tout », a déclaré le gouverneur de la Caroline du Nord, Roy Cooper, lors d'une conférence de presse au cours de laquelle il a mis les citoyens en garde contre le relâchement de la vigilance, en raison de la rétrogradation de la tempête, qui est passé de la catégorie 4 lundi à la catégorie 1 jeudi.

« Mon message aujourd'hui est celui-ci : ne relâchez pas la pression, ne prenez pas vos aises, demeurez vigilants. C'est une tempête puissante qui peut tuer. Aujourd'hui, la menace devient réalité », a déclaré M. Cooper.

Zones vides

Dans plusieurs villes américaines, comme à Wilmington, en Caroline du Nord, les rues sont presque désertes, les bâtiments ont été placardés, les supermarchés, vidés, et les pompes à essence sont à sec.

Depuis lundi, 1,7 million de résidents en Caroline du Nord, en Caroline du Sud et en Virginie ont été sommés d'évacuer les lieux. Ces trois États de la côte atlantique sont les plus menacés par l'ouragan, dont les premières bourrasques, supérieures à 63 km/h, se font déjà sentir, jeudi. Le phénomène s'aggravera vendredi et samedi.

Des mouettes sont vues sur une plage déserte. Des habitations, qui semblent aussi inhabitées, longent la plage.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le littoral des Caroline du Nord s'est vidé de ses habitants à l'approche de l'ouragan Florence.

Photo : Getty Images / AFP/Logan Cyrus

La crainte des inondations

Résidente de Wrightsville Beach, en Caroline du Nord, depuis quatre ans, Audrey Longtin se prépare à affronter son premier ouragan d’envergure. « J’étais quand même ici en 2016 pour l’ouragan Matthews, mais c’était plus une tempête tropicale [qu’un ouragan] », a expliqué Mme Longtin en entrevue à RDI matin.

Je pars dans quelques heures pour me diriger vers le sud.

Audrey Longtin

La commerçante a vidé le contenu de son commerce pour le remiser dans un camion qu’elle a mis en sécurité au centre-ville de Wilmington. « [Nous avons] barricadé avec du sable, avec du bois, et j’ai fait la même chose pour ma maison », poursuit-elle.

Une autre résidente de Wilmington, Emilie Hart, a décidé de braver l’ordre d’évacuation. « Nous sommes toujours à la maison, mais mes enfants sont en Floride. [Ils] sont en sécurité », explique-t-elle en entrevue à ICI RDI. « Mais pour mon travail, il faut que je reste près. »

Tout est fermé [à Wilmington], tout est vide et il n’y a personne sur la route.

Emilie Hart

Mme Hart explique que sa maison n’est pas située dans une zone inondable et que c’est pour cette raison qu’ils ont décidé de rester.

Nous sommes prêts, si on manque d’électricité, pour tenir de 10 à 15 jours.

Emilie Hart

Les citoyens qui ont choisi de rester à Wilmington ont formé des communautés sur Facebook afin de rester en contact et de pouvoir se porter assistance en cas de problème.

Pas de secours pendant le passage de Florence

De son côté, la mairesse de Myrtle Beach, Brenda Bethune, soutient que la Ville a fait tout ce qu’elle pouvait pour se prémunir contre les affres de l’ouragan. Mme Bethune a déclaré au réseau NBC que les équipes de sécurité ont patrouillé dans la ville afin de faire en sorte que tout soit sécuritaire, à la recherche du moindre objet qui pourrait se muer en projectile sous la force des vents.

La mairesse Bethune sait que plusieurs citoyens ignorent les ordres d’évacuation. Elle espère qu’ils resteront chez eux lors du passage de l’ouragan. Elle précise que les équipes de secours ne pourront pas les atteindre pendant la tempête.

L'état d'urgence dans cinq États

Cinq États, en plus de la capitale fédérale, Washington, ont déclaré l'état d'urgence depuis lundi, soit les deux Carolines, la Virginie, le Maryland et la Georgie.

Le président Donald Trump a également donné le feu vert à l’aide aux sinistrés dans les Carolines et en Virginie, ce qui permettra de financer les secours et la reconstruction.

Les habitants ont même reçu un avertissement... venu de l'espace. L'astronaute allemand Alexander Gerst a tweeté des photos de l'ouragan prises depuis la Station spatiale internationale, avec la légende « Attention, l'Amérique! »

« Préparez-vous sur la côte est, vous avez un vrai cauchemar qui vous arrive dessus », a-t-il ajouté.

Visitez notre dossier sur les ouragans Harvey et Irma
Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Incidents et catastrophes naturelles

International