•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boussole électorale : comment sont perçus les chefs?

Philippe Couillard, Jean-François Lisée, François Legault et Manon Massé

Les utilisateurs de la Boussole électorale accordent des notes généralement faibles aux chefs, lorsqu'on leur demande de les évaluer.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À un peu plus de deux semaines de la fin de la campagne électorale québécoise, le débat de jeudi soir pourrait être un moment décisif pour les électeurs, surtout les indécis. Avant d'assister à ce combat des idées, quelle perception des chefs ont les utilisateurs de la Boussole électorale? Survol des nouvelles données.

Un texte d’Elisa Serret

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, est légèrement plus apprécié des utilisateurs de la Boussole électorale que les autres chefs.

À la question : « Quelle est votre appréciation générale des chefs de parti? », les répondants accordent une note de 4,9 sur 10 à François Legault. Il est suivi du chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, avec 4,4, et des co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, à 4,3, et Gabriel Nadeau Dubois, à 4. Au dernier rang arrive le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, avec une note de 3,8 sur 10.

De faibles notes

Il est tout à fait normal que les notes oscillent autour de 5, sans dépasser ce niveau, selon Charles Breton, directeur de la recherche chez Vox Pop Labs, l’entreprise derrière la Boussole. Il rappelle que les utilisateurs peuvent noter tous les chefs de 0 à 10, sur les différentes questions.

Les partisans d’une formation politique ont tendance à donner une forte note à leur chef et une moins bonne note aux autres chefs. Il est donc normal d’avoir une moyenne relativement basse.

Charles Breton précise aussi que les différences commencent à être significatives lorsqu’il y a un point d’écart entre les notes obtenues. En deçà d’un point, la différence est considérée comme mince.

La confiance

Le chef caquiste marque aussi un peu plus de points auprès des utilisateurs lorsqu’on leur demande dans quelle mesure ils font confiance à chacun des chefs. Les répondants donnent une note de 4,4 sur 10 à François Legault. Soit 1,2 point de plus que le premier ministre sortant.

Si Philippe Couillard obtient de moins bonnes notes que les autres chefs sur la question de la confiance, ce n’est pas anormal, affirme Charles Breton : c’est une tendance observée dans d’autres campagnes électorales.

Les gouvernements sortants souffrent toujours un peu.

Charles Breton, directeur de la recherche chez Vox Pop Labs

Une opinion plus marquée

À la question : « Dans quelle mesure faites-vous confiance aux chefs? », le pourcentage d’utilisateurs ayant répondu « ne sais pas » est de 19 % pour Manon Massé, 19 % pour Gabriel Nadeau-Dubois, 19 % pour Philippe Couillard et 15 % pour François Legault.

Il y a donc une plus forte proportion de gens qui ont une opinion du chef caquiste, qu’elle soit positive ou non.

La compétence

François Legault fait aussi meilleure figure lorsque l’on demande aux utilisateurs : « Quelle impression avez-vous de la compétence des chefs? ». Le chef de la CAQ obtient une note de 5,2 sur 10, le chef péquiste Jean-François Lisée, de 4,7 sur 10, Manon Massé et Philippe Couillard, le même pointage de 4,2 sur 10, tandis que Gabriel Nadeau Dubois arrive dernier, avec une note de 4 sur 10.

En réponse à cette question, on remarque que les hommes font plus confiance à la compétence de François Legault que les femmes. Même scénario pour Philippe Couillard : plus d’hommes que de femmes croient en les compétences du chef libéral. Pour Manon Massé, c’est l’inverse; ses compétences sont davantage reconnues par les femmes que par les hommes.

À cette même question au sujet de l’impression de compétence que suscitent les chefs, les utilisateurs de la Boussole électorale résidant à Montréal accordent le pointage le plus élevé à la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé, avec 4,9 sur 10. Le libéral Philippe Couillard obtient la plus basse note, soit 4,4 sur 10.

Même si les circonscriptions de Montréal sont majoritairement libérales, il n’est pas surprenant de voir ce résultat, lance Charles Breton. Le chercheur croit que les utilisateurs peuvent croire en les compétences de Manon Massé, sans vouloir nécessairement voter Québec solidaire. De plus, c’est à Montréal que QS compte le plus de partisans.

La co-porte-parole jouit donc d’un capital de sympathie auprès des utilisateurs montréalais, mais il est peu probable, selon les différents sondages, que son parti remporte une majorité de circonscriptions dans la métropole.

Dans la ville de Québec, c’est le chef de la Coalition avenir Québec qui arrive premier quant à l’impression de compétence qu’il suscite. François Legault obtient une note de 5,2 sur 10, suivi de Jean-François Lisée avec 4,7 sur 10, Philippe Couillard avec 4,6 sur 10, Manon Massé à 4 sur 10 et Gabriel Nadeau-Dubois à 3,5 sur 10.

Fait à noter, il y a des vases communicants entre le chef du Parti québécois et la co-porte-parole de Québec solidaire. À presque toutes les questions, les répondants qui donnent Manon Massé première inscrivent presque toujours comme deuxième choix Jean-François Lisée, et vice-versa.

Hello Mr. Couillard!

Autre fait à noter : si le chef du Parti libéral est à la traîne dans presque toutes les questions, il fait bonne figure chez les anglophones. Philippe Couillard se voit en effet octroyer la note de 5,6 sur 10 par les anglophones à la question : « Quelle impression avez-vous de la compétence des chefs? »

François Legault est bon deuxième, avec une note de 4,4 sur 10 et Manon Massé reçoit une note de 3,7 sur 10. Ils sont suivis de Jean-François Lisée, avec 3,3 sur 10, puis Gabriel Nadeau-Dubois, à 3,2 sur 10.

Créée par une équipe de politologues et de statisticiens de Vox Pop Labs, la Boussole électorale est un outil de mobilisation civique présenté en exclusivité par Radio-Canada/CBC. Les informations présentées reposent sur les réponses de 125 611 répondants ayant participé à la Boussole électorale entre le 24 août 2018 et le 11 septembre 2018.

La Boussole électorale n’est pas un sondage. Les utilisateurs ne sont pas présélectionnés. Les données collectées sont pondérées de manière à les rapprocher de celles d’un échantillon représentatif de la population réelle selon les données du recensement et d’autres estimations démographiques. Les facteurs de pondération sont l’âge, le niveau d’instruction, le sexe, et le pays d’origine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique