•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les municipalités veulent avoir le choix d’appliquer ou non la taxe sur la spéculation

Vue de l'île Salt Spring à partir de l'eau.

L'île Salt Spring, tout comme les autres îles du Golfe, fait partie des régions exemptées de la taxe provinciale sur la spéculation.

Photo : Radio-Canada / Nahila Bendali

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une résolution demandant au gouvernement de la Colombie-Britannique d'offrir la possibilité aux municipalités de ne pas appliquer la taxe sur la spéculation sur leur territoire a été approuvée mercredi au congrès de l'Union des municipalités de la province (UBCM). La ministre des Finances provinciale, Carole James, soutient toutefois que la mesure ira de l'avant.

« La décision [d’appliquer la taxe ou non] devrait être prise localement », croit le maire de Oak Bay, Nils Jensen. « Les autorités locales connaissent les circonstances qui leur sont propres. »

Une résolution à ce sujet a été adoptée presque à l’unanimité mercredi à Whistler par les délégués de l’UBCM.

La ministre James se dit à l’écoute, mais soutient que la taxe sur la spéculation annoncée dans le dernier budget provincial est nécessaire. « Il y a une crise du logement en Colombie-Britannique, explique-t-elle. Nous devons faire face à cette crise, c’est ce que souhaite la population. »

Selon elle, des sondages démontrent que 80 % des Britanno-Colombiens sont en accord avec la mesure proposée par le gouvernement.

Le maire de Coquitlam, Richard Stewart, qui vient d’annoncer sa candidature pour un nouveau mandat, croit que Victoria devrait s’entendre avec les municipalités de la province à ce sujet.

« Il faut que ces décisions soient prises avec la contribution et les opinions des municipalités, dit-il. Nous sommes des partenaires dans le système de logement. Ça ne va pas très bien maintenant et ce n’est pas seulement la province ou seulement les municipalités qui vont trouver des solutions. On va trouver des solutions si on travaille ensemble. »

La taxe sur la spéculation, qui touche les propriétaires ne payant pas d'impôts sur le revenu en Colombie-Britannique, a été contestée dans plusieurs communautés depuis son annonce en février. Certaines municipalités craignent les impacts potentiels de cette mesure pour ceux qui possèdent des résidences saisonnières.

En raison des inquiétudes exprimées, le gouvernement a annoncé plus tôt cette année que la taxe ne serait pas applicable aux propriétés des îles du Golfe, de Parksville, de Qualicum Beach et d’une partie de la vallée du Fraser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !