•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Calgary annule son plan prévoyant 4 espaces publics pour consommer du cannabis

Une femme vue de profil fume un joint sous un ciel bleu.

Une femme fume un joint.

Photo : iStock

Radio-Canada

La Ville de Calgary abandonne son plan d'établir quatre espaces publics de consommation de cannabis en raison d'une « importante » opposition de ses citoyens.

Les espaces voulaient permettre aux Calgariens et aux visiteurs de fumer leur cannabis dans des endroits publics, une fois la légalisation à la mi-octobre, puisque selon ses règlements, la métropole en interdit la consommation en public ou dans les hôtels.

Les condos et les immeubles d'appartements peuvent aussi choisir d'interdire ou non la consommation.

« Il y avait une variété de préoccupations, comme la nuisance publique [et] la conduite avec facultés affaiblies », a déclaré Matt Zabloski, responsable du projet de légalisation du cannabis de la Ville, lors d'une conférence de presse mercredi.

Des séances d'engagement du public ont été organisées pour les Calgariens entre le 27 août et le 7 septembre, afin qu’ils donnent leur opinion sur ces quatre espaces, tous situés dans le quartier9. Plus de 1800 personnes y ont participé.

Des quatre lieux, deux devaient être situés dans le quartier Inglewood, un autre, dans Bridgeland, et le dernier, dans Ogden. Les espaces verts avaient été sélectionnés en fonction d’une série de critères, dont la distance avec les écoles et des lieux fréquentés par les enfants.

Carte montrant les sites potentiels.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le premier site serait situé sur la 11e avenue sud-est, entre la 11e et la 12 rue. Le deuxième site serait situé au coin de la 93 avenue et de la 22e rue sud-est. Le troisième se trouverait dans le Parc Murdoch, la rue 7A nord-est. Le dernier emplacement est un espace vert au coin de Glenmore Trail et Ogden Road.

Photo : Radio-Canada

« Notre intention avec ces espaces publics était de veiller à ce que tout monde ait un endroit sécuritaire et légal pour consommer », a affirmé Gian-Carlo Carra, qui représente le quartier 9.

Il est le seul conseiller à avoir demandé que des lieux potentiels soient étudiés pour le territoire qu’il représente. Les 13 autres n’ont pas voulu explorer davantage la possibilité d’établir de tels espaces dans leur quartier.

« De toute façon, quelques espaces dans une ville de cette taille ne répondent pas au test de l’accessibilité et cela pourrait poser des problèmes prévisibles », a-t-il ajouté.

Autres sites de consommation encore possibles

La décision n’exclut toutefois pas totalement la possibilité de consommer son cannabis en public dans la métropole.

Les conseillers pourront toujours recommencer le processus et désigner dans leurs quartiers des espaces de consommation publique. L'administration municipale identifiera les zones potentielles qui correspondent aux restrictions et les citoyens pourront alors intervenir.

Selon Gian-Carlo Carra, pour que cela fonctionne, ces espaces publics ne doivent pas être concentrés dans un même quartier.

Le conseiller a également exprimé l’espoir que la province revoie sa décision de ne pas autoriser les salons de cannabis, ce qui pourrait régler le problème à Calgary.

Alberta

Politique