•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseil municipal de Toronto sera-t-il plus efficace avec 25 élus?

Hôtel de Ville avec l'inscription Toronto devant les jets d'eau

Le nombre d'élus sera réduit à 25 à l'hôtel de ville de Toronto.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

C'est du moins l'opinion du premier ministre de l'Ontario, Doug Ford. Avec le projet de loi 31, son gouvernement veut faire passer le nombre d'élus municipaux de 47 à 25. La province affirme également que ces changements feront économiser près de 25 millions de dollars aux contribuables.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

La conseillère municipale Janet Davis est persuadée que la loi du gouvernement Ford aura une incidence sur le rendement des élus. Elle estime aussi que le projet de loi 31 n'aura pas d'incidence sur le budget de la ville de Toronto.

Cela aura l'effet contraire parce qu'il y aura moins d'élus pour effectuer la même charge de travail.

Janet Davis conseillère municipale Toronto
Siéger à 2 ou 3 comités (développement économique, travaux publics, planification urbaine, etc.), siéger au conseil communautaire de son quartier électoral, participer aux réunions mensuelles du conseil municipal et aux autres conseils consultatifs, représenter ses électeurs

Deux fois plus de tâches pour un conseiller municipal à Toronto avec 25 quartiers électoraux

Photo : Radio-Canada / Vincent Wallon

Mme Davis ajoute que les conseillers auront de la difficulté à s'acquitter de toutes leurs tâches administratives et des besoins des résidents de leur quartier électoral dont le nombre doublera sous la nouvelle loi.

La seule façon d'y arriver est d'embaucher du personnel pour effectuer le travail normalement réservé aux élus. C'est à ça que servira le 25 millions de dollars d'économies, dit-elle.

Du pareil au même

Le président de la Commission de transport de Toronto (CTT) et conseiller municipal Josh Colle, renchérit en rappelant que le même nombre de points seront débattus lors des réunions du conseil.

Selon lui, la durée des débats ne changera pas non plus.

Tout simplement parce que les conseillers qui retardent les travaux du conseil maintenant se feront tous élire à nouveau, explique-t-il.

De plus, dit-il, les deux prochaines années serviront simplement à débattre du fonctionnement du gouvernement municipal.

Alors pour tous ceux qui veulent des décisions plus rapides sur le transport public, le logement abordable et les infrastructures devront ronger leur frein.

Josh Colle conseiller municipal Toronto

M. Colle déplore toutefois le fait qu'un conseil réduit entraînerait possiblement la fusion et même l'élimination de nombreux conseils consultatifs, commissions et agences.

Reste à voir si cela aura une incidence sur l'imputabilité et la transparence du conseil municipal, ajoute-t-il.

Politique provinciale

Politique