•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le candidat solidaire dans Laurier-Dorion obtient l'appui d'un ex-adversaire péquiste

Pierre Céré serre la main d'Andrés Fontecilla.
L'ex-candidat à la direction du Parti québécois Pierre Céré offre son appui au candidat de Québec solidaire dans Laurier-Dorion, Andrés Fontecilla. Photo: Radio-Canada

Le candidat de Québec solidaire (QS) dans la circonscription montréalaise de Laurier-Dorion a tenu une conférence de presse plutôt inusitée mercredi matin, annonçant que l'ex-candidat à la direction du Parti québécois (PQ) Pierre Céré lui offrait son appui pendant la campagne électorale.

Un texte de Joëlle Girard

« Je ne suis pas ici comme membre ni comme militant de Québec solidaire. Mais je suis venu aujourd'hui pour signifier mon appui sans équivoque, sans détour, clair, direct, à la candidature d'Andrés Fontecilla », a d'emblée souligné Pierre Céré, en conférence de presse dans le local électoral de M. Fontecilla. Un décor somme toute plutôt familier, puisque M. Céré a lui-même été candidat pour le PQ dans Laurier-Dorion en 2014.

À l'époque, il avait récolté 15,9 % des voix, derrière M. Fontecilla qui en avait obtenu 27,7 %. Considérée comme un bastion libéral, la circonscription avait été remportée par Gerry Sklavounos, devenu indépendant en 2016 après avoir fait l'objet d'allégations d'agression sexuelle.

On a une chance ici enfin de battre les libéraux [...]. Coalisons nos forces.

Pierre Céré, ex-candidat à la direction du PQ

La sortie de M. Céré avait toutes les allures d'un appel au vote stratégique afin de déloger le PLQ, qui détient la circonscription depuis 1994, à l'exception de l'élection de la péquiste Elsie Lefebvre, de 2004 à 2007.

Au-delà de la politique partisane, Pierre Céré a évoqué une certaine vision du Québec, ainsi qu'une panoplie d'idées, pour expliquer cet appui au candidat solidaire, dont la diversité culturelle issue de l'immigration « qui définit le Québec moderne » et la fin du bipartisme politique.

« On est embarqué dans un nouveau cycle politique. La nouvelle génération nous pousse dans ce nouveau cycle. On va devoir apprendre à composer avec cette diversité politique et à construire des majorités politiques et sociales qui vont bien au-delà des clivages partisans », a-t-il expliqué, affirmant au passage qu'aucun projet politique d'envergure ne pourra se réaliser sans intégrer la diversité culturelle.

Andrés Fontecilla, qui connaît Pierre Céré « depuis les années 1990 », a salué son geste. « Nous avons devant nous un homme engagé [...] qui ne craint pas de traverser les lignes partisanes pour appuyer une candidature, la mienne, qui est en excellente posture pour battre le Parti libéral », a-t-il dit.

L'équipe de Québec solidaire n'a pas caché qu'elle souhaitait faire plusieurs gains lors de cette campagne électorale. Laurier-Dorion, qui se trouve à cheval entre les quartiers Villeray et Parc-Extension, est l'une des circonscriptions visées.

Selon le blogue de projection électorale Qc125, la lutte risque d'être chaude. Le libéral Geroge Tsantrizos se trouve présentement à égalité avec M. Fontecilla; ils cumulent respectivement 33,4 % et 33,2 % des intentions de vote.

Politique provinciale

Politique