•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes fous de Bassan sont nombreux à l’île Bonaventure

Des fous de Bassan
Des fous de Bassan Photo: iStockphoto

Après des années difficiles, le taux de reproduction des fous de Bassan est très encourageant cette année au parc national de l'Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé, estime le directeur Rémi Plourde.

Selon lui, les jeunes fous de Bassan sont nombreux et, à voir plonger les oiseaux, il en déduit que la nourriture est abondante à proximité de l'île cet été. Autre signe positif : on note peu de spécimens morts.

Ça va probablement être une des meilleures des 10 dernières années, je vous le garantis.

Rémi Plourde, directeur du parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé

M. Plourde rappelle qu’en 2012, le taux de reproduction avait dégringolé à 8 % pour remonter à 44 % en 2017. Le taux de reproduction idéal se situe autour de 70 %, selon lui.

La colonie de l'île Bonaventure est la seconde en importance dans le monde, dit-il, mais surtout la plus accessible. Il y a 60 000 couples de fous de Bassan à l’île Bonaventure. On peut observer les oiseaux jusqu’à la mi-octobre.

Bâtiments et maisons restaurés

La maison Paget en rénovationLa maison Paget en rénovation Photo : courtoisie parc national Île-Bonaventure-et-Rocher-Percé

Il est possible de faire le tour de l’île et de voir la colonie des fous de Bassan en empruntant le sentier Chemin-du-Roy, ce qui permet aussi de constater que les travaux de restauration des anciens bâtiments et des maisons vont bon train.

En fait, ils se poursuivent cet automne avec la reconstruction de deux maisons du 19e siècle. Il ne restera qu'un bâtiment à restaurer pour compléter la troisième phase de ce vaste projet évalué à environ 4 millions de dollars.

Au début des années 2000, la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq), qui gère le site, avait entrepris de restaurer le patrimoine bâti de l'île Bonaventure.

En tout, 24 des 25 maisons auront été remises en état. Il en restera une à restaurer. La visite de ces maisons permettra aux visiteurs de mieux comprendre comment vivaient les habitants de l’île autrefois.

L’île Bonaventure est l’un des premiers sites d’exploitation des pêcheries en Nouvelle-France.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Environnement