•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
analyse

L’étonnant cadre financier du PLQ

Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, en compagnie de ses candidats Dominique Anglade et Carlos Leitao.
Le chef du PLQ Philippe Couillard chiffre les promesses de son parti à 2,4 milliards de dollars par année jusqu'en 2022-2023. Photo: Radio-Canada / Frédéric Deschênes
Gérald Fillion

ANALYSE - C'est avec un certain étonnement que nous avons pris connaissance du cadre financier du Parti libéral du Québec. Le PLQ a choisi de bâtir son projet sur des chiffres différents de ceux présentés par le ministère des Finances dans le rapport préélectoral du 20 août dernier, dont les prévisions ont été jugées comme plausibles par la vérificatrice générale. Pourquoi agir ainsi?

Non seulement le Parti libéral du Québec choisit d’autres chiffres que ceux du rapport préélectoral, mais il projette maintenant une croissance économique plus forte d’ici 2023 et, donc, une hausse plus rapide des revenus de l’État. Que s’est-il donc passé entre le 20 août et le 12 septembre pour croire que l’économie sera plus forte qu’attendu?

Et, question existentielle : est-ce que le rapport préélectoral était le reflet exact des projections économiques et des prévisions de revenus? Ou est-ce le cadre financier du PLQ?

Il faut savoir que l’Institut de la statistique (ISQ) a publié le 28 août le chiffre de croissance du PIB pour le mois de mai au Québec. L’ISQ montre une croissance robuste au cours du mois de mai, qui fait en sorte que la hausse du PIB au Québec s’est établie à 3,2 % sur les 5 premiers mois par rapport à la même période en 2017.

Il serait étonnant que ce soient ces chiffres qui aient poussé les libéraux à revoir leurs prévisions de croissance sur 5 ans, puisque les données pour le mois d’avril, publiées en juillet, montraient que la croissance a été de 3,1 % au cours des 4 premiers mois de l’année. De plus, il serait tout aussi étonnant de revoir les prévisions sur 5 ans en se basant sur un rapport mensuel.

1,559 milliard de plus en 2022-2023

Le PLQ fait passer sa projection de croissance du PIB en 2018 de 2,1 % à 2,3 %. Jusqu’en 2022, le parti relève d’un dixième de point sa projection de croissance économique, année après année.

La croissance des revenus autonomes ne sera pas de 1,3 % comme attendu en 2018-2019 dans le rapport préélectoral, mais plutôt de 1,9 % selon le cadre financier libéral. L’année suivante, la croissance annoncée passe de 3,1 % à 3,4 %. Les projections sont relevées jusqu’en 2022-2023.

En revoyant à la hausse ces données, ça veut dire qu’un gouvernement Couillard profiterait, dans un second mandat, de revenus supplémentaires pour mettre en oeuvre ses promesses. Les revenus additionnels seraient ainsi de 498 millions de dollars en 2018-2019, de 836 millions en 2019-2020, de 1,017 milliard en 2020-2021, de 1,259 milliard en 2021-2022 et de 1,559 milliard en 2022-2023.

Soyons clair : il n’est pas hasardeux de relever un peu les projections de croissance économique. L’enjeu ici, c’est de comprendre pourquoi le rapport préélectoral ne reflétait pas déjà cette situation le 20 août dernier. Ce rapport avait pour objectif de permettre à tous les partis de travailler à partir des mêmes données pour faire leur travail.

À quoi ça sert de faire un rapport préélectoral si les données ne concordent pas avec celles utilisées par le parti sortant?

Financer des promesses en gonflant les revenus

Il faut ajouter que, sans la croissance additionnelle prévue aujourd’hui par les libéraux, un gouvernement Couillard aurait vidé complètement la réserve de stabilisation d’ici 2023 pour respecter la Loi sur l’équilibre budgétaire.

La Coalition avenir Québec (CAQ) aussi a prévu une croissance plus forte de l’économie, mais seulement pour les deux dernières années du mandat, à moyen terme. Sa projection demeure discutable et ambitieuse, par ailleurs.

Encore une fois, il est important de rappeler trois choses :

  • le gouvernement a des marges de manoeuvre en raison de ses réserves de prudence et de sa réserve de stabilisation;
  • une hausse importante des dépenses viendrait rapidement épuiser ces réserves, surtout si l’économie ralentit ou se trouve en récession;
  • la croissance est appelée à ralentir, de façon structurelle, en raison du vieillissement de la population.

Tout compte fait, force est de constater que la CAQ et le PLQ ont choisi de présenter des cadres financiers dépensiers qui s’appuient sur des projections hypothétiques de croissance économique plus élevée. Est-il bien prudent de financer une partie des promesses électorales en gonflant ses prévisions de revenus?

Politique provinciale

Économie