•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Caraquet : une lutte à finir entre la libérale et le conservateur

Une affiche d'Isabelle Thériault à côté d'une croix.

Le siège semblait acquis pour la libérale Isabelle Thériault, avant que le maire de Caraquet, Kevin Haché, ne se lance dans la course sous la bannière des conservateurs.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Radio-Canada

Dans la circonscription de Caraquet, la libérale Isabelle Thériault semblait pouvoir devenir députée sans trop de difficulté, jusqu'à ce que le maire Kevin Haché décide de tenter sa chance sous la bannière des progressistes-conservateurs.

Un texte de René Landry

Puisqu'il a annoncé ses couleurs plus tardivement que ne l'a fait Isabelle Thériault, Kevin Haché tente de rattraper le temps perdu en effectuant, lui aussi, beaucoup de visites chez les électeurs. Il tente de rassurer ces derniers. Après tout, n'est-ce pas le maire de la « capitale de l'Acadie » qui fait équipe avec le chef Blaine Higgs, un ancien militant du défunt parti anti-bilinguisme CoR?

Pour Kevin Haché, sa tentative de se faire élire comme député provincial est la suite logique de sa démarche politique, tracée il y a longtemps. « Je suis allé voir un oncle pour lui rappeler d'aller voter; il m'a dit : Je me souviens quand tu pêchais avec ton père, sur le pont du bateau, ton but était de devenir maire, puis ensuite de te lancer dans la politique provinciale ». Je me suis dit : « Oh mon Dieu, ça fait longtemps que j'y pense!

Affiche de Kevin Haché à côté d'une statue de Jésus-Christ.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kevin Haché dit se préparer depuis longtemps à se lancer en politique provinciale.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Isabelle Thériault et Kevin Haché ont leur bureau de campagne dans des centres commerciaux : la libérale, à Place Caraquet, le conservateur, à Place Saint-Pierre. Isabelle Thériault nous reçoit pour l'entrevue dans une chambre forte d'une ancienne banque, où sont installées une table et des chaises. Elle s'assure d'enregistrer, elle aussi, la conversation. On la connaît surtout comme musicienne, membre du groupe Ode à l'Acadie.

La partie qui était visible d'Isabelle Thériault dans les 15 dernières années, c'est la partie sur la scène à faire de la musique, j'en conviens. Mais c'est comme la pointe de l'iceberg. Je suis entrepreneure. Tout le travail de démarrer une entreprise, j'ai tout vécu ça. De mener une entreprise, j'ai vécu ça. Tout le travail que j'ai fait aussi avec des organismes sans but lucratif de recherche de financement, de travailler avec les gouvernements, d'avoir des contacts, de développer des projets, de mener des équipes, de gérer des ressources... J'ai fait beaucoup de travail qui, disons, ne paraît peut-être pas.

Isabelle Thériault, ce n'est pas seulement une fille qui joue de l'accordéon sur une scène.

Isabelle Thériault, candidate libérale dans Caraquet
Isabelle Thériault avec des travailleurs de son parti dans son local de campagne.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les membres de l'équipe d'Isabelle Thériault décrivent la candidate libérale comme un personne pleine d'énergie.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Dans son entourage, on parle d'elle comme d'une travailleuse infatigable. Avant de s'asseoir pour répondre à nos questions, elle court à droite et à gauche. Chaque minute semble comptée.

Cette nouvelle venue en politique veut incarner un renouveau. Mais son adversaire conservateur affirme qu'elle reçoit énormément d'appui de la vieille garde locale du Parti libéral. Isabelle Thériault ne répond pas directement à cette affirmation, mais indique qu'elle veut l'appui du plus grand nombre de personnes dans sa campagne.

Vaincre la « machine libérale »

Kevin Haché rappelle qu'il a déjà défait la « machine libérale de Caraquet » quand il a vaincu Clarence LeBreton à la course à la mairie, en 2012. Il disait qu'il voulait plus de transparence à la Municipalité. Cela ne l'a pas empêché de diriger la Ville dans des épisodes d'opacité, notamment dans la période difficile du centre naval. Il parlait de « petits détails » à régler, alors que des millions de dollars étaient en jeu. Dans un épisode plus récent, il n'a pas commenté « l'affaire AcadieNor », un organisme municipal de développement économique aussi reconnu pour ses largesses sur le plan financier.

Le candidat progressiste-conservateur, Kevin Haché, multiplie lui aussi les visites à domicile.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le candidat progressiste-conservateur, Kevin Haché, multiplie lui aussi les visites à domicile.

Photo : René Landry

Quand je regarde où la province s'en va... je pense que l'expérience que j'ai acquise en tant que maire et avocat, mon cheminement, peut amener au développement de la province et de la circonscription de Caraquet, bien sûr. Donc ce sont des raisons qui m'ont motivé et à me dire : soit je laisse les choses passer et qu'on continue comme ça et qu'on vienne chercher [l'argent] dans mes poches et dans celles des gens, soit j'embarque. Il faut faire mieux avec ce qu'on a.

Quand tu vois le bateau couler, tu as deux options : soit tu le regardes couler, soit tu prends une chaudière.

Kevin Haché, candidat progressiste-conservateur dans Caraquet

Tout comme Isabelle Thériault, Kevin Haché se dit près des gens. Pendant plusieurs années, il a callé le bingo dans la municipalité de Bertrand. J'ai fait ça pendant presque 20 ans. On a eu une joute de cartes à mon quartier général, une soirée de bingo. Je veux que les gens voient que la politique c'est sérieux, mais il faut aussi qu'ils viennent à connaître le candidat personnellement. L'équipe de la libérale Isabelle Thériault n'est pas en reste avec des épluchettes de blé d'Inde et des activités du genre.

Ce sont donc deux candidats connus publiquement et accessibles qui s'affrontent.

Le candidat indépendant Guilmond Hébert mène lui aussi une vraie campagne et a tenté de marquer des points dans un récent débat à la radio communautaire CKRO. Ce retraité vit pendant l'hiver au Costa Rica, qu'il décrit comme les « portes du paradis », et il a déjà incité les Acadiens à la retraite à vendre leur maison et à suivre son exemple.

La candidate néo-démocrate, Katy Casavant, reconnaît qu'elle n'a pas eu le temps de se familiariser avec certains dossiers importants de la circonscription, tandis que le représentant du Parti vert, Yvon Durelle fils, habite Fredericton.



Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale