•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Déplorable » : Pallister se prononce sur les allégations d'agressions sexuelles contre Hydro

Un homme en costume bleu rayé.
Le chef de la Première Nation de Fox Lake, Walter Spence, indique qu’il s’attend à ce que le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, se rende dans la communauté qui se trouve à 762 kilomètres au nord-est de Winnipeg. Photo: Radio-Canada

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, rompt le silence et déplore les allégations d'agressions sexuelles et d'actes racistes commis par des travailleurs d'Hydro Manitoba contre des membres d'une Première Nation du nord de la province.

« Ma réaction, c’est que ce sont des comportements déplorables. Je reconnais que je suis étonné qu'il n’y ait pas eu d’enquête plus tôt et que cela n’ait pas été révélé plus tôt », lance M. Pallister.

Le premier ministre a tenu à souligner que son gouvernement prend les mesures appropriées pour répondre à ces allégations. Le gouvernement progressiste-conservateur a transmis les informations concernant les allégations à la Gendarmerie royale du Canada.

Ce sont les premiers commentaires du premier ministre à la suite de la publication d’un rapport de la Commission de protection de l'environnement (CEC) contenant des allégations d’inconduite sexuelle contre des travailleurs d’Hydro Manitoba.

Des témoins interrogés pour ce rapport font état de viols, disant qu'ils ne pouvaient pas intervenir, et la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) est blâmée pour ne pas avoir pris ces plaintes au sérieux. Les plaintes ont été formulées par des membres de la Première Nation Crie de Fox Lake.

Une question de calendrier

Le rapport terminé en mai a été dévoilé au public en août.

Certains membres de la Première Nation de Fox Lake affirment qu’ils n’ont pas reçu d’avertissement de la part du gouvernement avant la publication du rapport. Ils ajoutent que la communauté a été traumatisée lorsque l’affaire est sortie dans les médias.

Pour sa part, M. Pallister soutient ne pas avoir voulu retarder la publication du rapport. « Je pense que la publication du rapport était la bonne chose à faire. Une grande partie de cette information avait déjà été rendue publique dans les dernières semaines et les derniers mois. De ce point de vue, ce n’était pas du nouveau », ajoute-t-il.

Le premier ministre affirme cependant comprendre les critiques quant au moment choisi pour la publication. « Je préfère accepter ces critiques que d'entendre dire qu’on essayait de dissimuler des informations importantes », poursuit-il.

Pallister à Fox Lake?

Le chef de la Première Nation de Fox Lake, Walter Spence, dit s'attendre à ce que le premier ministre se rende dans la communauté, qui se trouve à 762 kilomètres au nord-est de Winnipeg.

Or, M. Pallister affirme qu’il n’est pas convaincu de l’utilité de cette visite. « Je crois que la plupart des communautés préféreraient qu’il y ait création d’emplois dans leurs communautés, que l’eau y soit plus saine, des choses beaucoup plus tangibles que des symboles », dit-il.

« C’est ce qu’on me dit et j’ai été dans des douzaines de Premières Nations durant les deux dernières années », ajoute-t-il.

Avec des informations de Sean Kavanagh

Manitoba

Politique provinciale