•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus difficile de s'inscrire à des activités en français à Toronto

Affiche annonçant des services bilingues
À ce jour, la Ville de Toronto n'est pas tenue d'offrir des services bilingues. Photo: Radio-Canada / François Pierre Dufault
Radio-Canada

La Ville de Toronto est en pleine période d'inscription aux activités récréatives d'automne et d'hiver, mais le processus est-il accessible en français? Plusieurs francophones s'inquiètent des embûches pour obtenir des services en français.

Un texte de Myriam Eddahia

Des activités comme la natation, le ski, le patinage et la planche à neige, pour les personnes de tous âges, sont disponibles pour les Torontois.

Toutefois, Sandra Lefebvre, une mère francophone qui habite à Toronto depuis 12 ans, n'a pas apprécié son expérience lorsqu'elle a contacté la Division des parcs, des forêts et des loisirs de Toronto pour se renseigner.

J’ai dû attendre plus de 12 minutes afin que mon interlocutrice trouve un traducteur. J’ai la chance d’être bilingue, mais comment fait une personne qui ne parle pas l’anglais pour demander le service en français, dit Sandra Lefebvre qui a contacté le centre d’appel des programmes d'activités et de loisirs de Toronto dans le but d’inscrire son fils.

Si personne ne se plaint, les services en français vont disparaître, si on n'est pas au Québec, ajoute-t-elle.

Selon le site web de la Ville de Toronto, des interprètes sont disponibles au besoin, mais par l'entremise d'un autre numéro que celui de la Division des parcs, des forêts et des loisirs de Toronto.

Les francophones peuvent toutefois avoir accès des explications sur le processus d’inscription à ces activités par l'entremise du service téléphonique municipal 311.

Le site web de la Ville de Toronto (Nouvelle fenêtre) note qu'un interprète est ajouté à la conversation téléphonique initiale qui devient alors un échange à trois personnes.

L’inscription en français en ligne n’est pas possible par l’entremise du site internet spécialement mis en place (Nouvelle fenêtre) pour les inscriptions aux activités.

II est toutefois possible de consulter, en français notamment, la liste des programmes disponibles sur un autre site de la Ville (Nouvelle fenêtre) par une traduction faite par l’outil de Google.

Loin d'être idéal

Je trouve cela décevant. Cela me prouve que la Ville n’a aucune considération pour les francophones. Nous sommes mis au même rang que les autres langues, estime Sandra Lefebvre.

Je ne pense pas que la communauté francophone s'attende à recevoir tous les services en français. Toutefois, des efforts doivent être faits par la Ville pour reconnaître que le français est présent. Le français est une langue officielle et on ne peut pas passer à côté lorsqu'on parle de publications officielles à Toronto, souligne le vice-président du Centre francophone de Toronto, René C. Viau.

Le directeur général de Reflet Salvéo et membre du comité consultatif francophone de Toronto, Gilles Marchildon, affirme pour sa part qu'un certain effort est fait, mais la situation actuelle des services en français à Toronto est loin d'être idéale.

Il faudrait investir dans des ressources humaines. [Pour l'instant], on utilise beaucoup de la traduction en ligne avec des logiciels comme Google. Ce n’est pas très satisfaisant du côté des citoyens ou des résidents, dit M. Marchildon.

Gilles Marchildon, coprésident du comité consultatif francophone de Toronto, écoute pendant une réunion.Gilles Marchildon, coprésident du comité consultatif francophone de Toronto Photo : Radio-Canada / Philippe de Montigny

Les inscriptions aux programmes de loisirs d'automne et d'hiver et aux camps de vacances de décembre ont eu lieu dans le quartier de Beaches-East York ainsi que dans l’ouest, à Toronto, mercredi et se poursuivront à North York, jeudi.

Toronto

Francophonie