•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’étonnant partenariat entre une prison et une banque alimentaire

Des détenus récoltent des pommes de terre.
Les détenus ramassent des pommes de terre qu’ils ont plantées dans un jardin juste à l’extérieur d’un pavillon du centre Pê Sâkâstêw, un établissement correctionnel à sécurité minimale de la Première Nation crie de Samson. Photo: Radio-Canada / Kyle Muzyka
Radio-Canada

Des détenus de l'établissement correctionnel à sécurité minimale Pê Sâkâstêw, au sud d'Edmonton, récolteront cette année plus de 4500 kg de légumes pour le compte de la banque alimentaire de Maskwacis.

Le personnel du centre de détention a acheté des semences grâce à des dons pour ensuite donner la totalité des récoltes à la banque alimentaire de la Première Nation crie de Samson.

Ce partenariat entre les deux établissements en est à sa troisième année.

Un détenu verse les patates récoltées d'un sceau à une large boîte de carton.
Les détenus ont planté des pommes de terre, des navets, des betteraves et des oignons. Photo : Radio-Canada / Kyle Muzyka

Le directeur par intérim du centre de détention, Peyasu Wuttunee, estime que 4500 à 5000 kg de légumes seront ainsi récoltés cette année.

Les peuples autochtones sont surreprésentés dans le système correctionnel. Notre objectif est de mettre fin au cycle de pauvreté qui a fait leur histoire et qui les a amenés en détention.

Peyasu Wuttunee, directeur par intérim du centre de détention

Les détenus effectuent quotidiennement le travail dans les champs de manière volontaire.

L’un d’entre eux, Dale Swampy, indique qu'il n'avait jamais cultivé de légumses avant ce programme.

Dale Swampy tient fièrement une pomme de terre dans sa main droite.« Cette petite patate à elle seule peut remplir le ventre de quelqu’un. Ça fait du bien de le savoir » - Dale Swampy. Photo : Radio-Canada / Kyle Muzyka

« C'est difficile, mais c'est bien, dit-il. Ça apporte une forme de reconnaissance. »

Mettre du pain sur la table

La directrice de la banque alimentaire Samson, Janet Swampy, constate un taux élevé de pauvreté dans la communauté. Son organisme distribue 200 à 700 paniers par mois pour pallier l'insécurité alimentaire des familles.

Les légumes du centre Pê Sâkâstêw sont distribués aux membres de la communauté à l'aide de la banque alimentaire et de la soupe populaire, qui offre des services à la communauté tous les mercredis pendant les mois d'hiver.

Selon elle, non seulement cette initiative aide la banque alimentaire, mais elle aide aussi les détenus à sentir qu’ils font véritablement partie de la communauté.

Alberta

Autochtones