•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier débat pour Vincent Couture, du PQ

Vincent Couture au téléphone
Le candidat Vincent Couture prend une pause dans sa tournée des commerçants de Rivière-du-Loup pour planifier une conférence de presse qui aura lieu à la fin de la semaine. Photo: Radio-Canada / Julie Tremblay
Radio-Canada

20e jour de la campagne électorale. À 8 heures du matin, le candidat du Parti québécois dans Rivière-du-Loup–Témiscouata, Vincent Couture, s'apprête à vivre son premier débat électoral.

Un reportage de Julie Tremblay

Même si M. Couture a plusieurs campagnes à son actif au sein des organisations du Parti québécois et du Bloc québécois, c'est la première fois qu'il prendra part à une joute verbale avec d'autres aspirants députés.

Le plus tough, c'est cinq minutes avant que ça commence, c'est comme quand tu fais du théâtre ou de la musique, affirme le candidat, qui s'est préparé pendant plusieurs heures pour ce débat, présenté devant les membres de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup.

La candidate de Québec solidaire, Goulimine Sylvie Cadôret, et le candidat du Parti québécois, Vincent Couture, lors du débat organisé par la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup.La candidate de Québec solidaire, Goulimine Sylvie Cadôret, et le candidat du Parti québécois, Vincent Couture, lors du débat organisé par la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup. Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Le débat, c'est sûr que c'était un peu énervant d'avance. Je suis habitué de parler en public, mais de faire valoir mon point de vue, de le confronter aux autres candidats, avec un ministre sortant, c'était un défi.

Vincent Couture, candidat du Parti québécois dans Rivière-du-Loup–Témiscouata

Après 60 minutes de débat et des dizaines de poignées de main, Vincent Couture fait le bilan de sa performance avec son équipe et décide de la stratégie à adopter pour les débats qui suivront. J'aurais pris une deuxième bouteille d'eau, affirme Vincent Couture, j'étais très nerveux, mais je crois que j'ai livré une bonne performance.

De retour à son local de campagne, Vincent Couture fait le point sur sa performance avec son équipe.De retour à son local de campagne, Vincent Couture fait le point sur sa performance avec son équipe. Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Sa directrice de campagne, Élise Péloquin, le rassure : t'es celui après Jean D'Amour qui était le plus à l'aise! Maintenant, il faut se démarquer, ne pas aller sur les lignes des autres, affirme Mme Péloquin.

À la suite de cet exercice, Vincent Couture entame sa journée de porte-à-porte chez les commerçants de Rivière-du-Loup. Premier arrêt : la boutique Papa Noël, du Louperivois d'origine malienne Noël Sow, où le sujet de l'immigration et de l'intégration des nouveaux arrivants s'impose rapidement.

Noel Sow, Vincent Couture et Élise Péloquin« Les nouveaux arrivants ont toutes sortes de compétences, il faut les utiliser! », affirme Noël Sow à Vincent Couture et sa directrice de campagne, Élise Péloquin. Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Avec le propriétaire du commerce Le Vrac, un peu plus loin, le candidat parle des services de santé. Jean-Louis Lévesque estime que la réforme Barrette a eu de graves conséquences pour les patients et le personnel de la santé en région.

Vincent Couture discute des problèmes dans le réseau de la santé avec Jean-Louis Lévesque, propriétaire du commerce Le Vrac, à Rivière-du-Loup.Vincent Couture discute des problèmes dans le réseau de la santé avec Jean-Louis Lévesque, propriétaire du commerce Le Vrac, à Rivière-du-Loup. Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

J'aimerais que les députés de la région fassent une coalition, dit M. Lévesque, pour mieux défendre les soins de santé en région.

Autre son de cloche chez le propriétaire de la boutique Sonothèque, qui affirme qu'il admire le courage de ceux qui se présentent comme candidat dans un système politique qui n'est pas toujours au service de leurs idéaux.

Quand vous êtes élus, vous vous embarquez dans une machine. Ce n'est pas évident, il faut faire des compromis, affirme M. Lepage, qui confesse n'avoir pas trop suivi la campagne électorale jusqu'à maintenant.

Vincent Couture dans un magasin de musiqueÉtant lui-même musicien à ses heures, Vincent Couture est ici en terrain connu. Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

Petite interruption dans la tournée des marchands pour enregistrer une publicité électorale qui tournera à la radio pendant les deux dernières semaines de la campagne. Vincent Couture admet qu'il n'est pas facile de livrer son message de façon efficace et sur le bon ton en seulement 15 secondes.

dans un studioVincent Couture donne son approbation pour un message publicitaire radiophonique qui sera diffusé pendant les deux dernières semaines de campagne. Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

En fin d'après-midi, le travail n'est pas terminé. Les bénévoles s'activent au téléphone pour contacter des électeurs, mais même si les journées sont longues, l'équipe s'assure que ceux-ci restent en santé.

Mijoteuse avec affiche du menuLa directrice de campagne, Élise Péloquin, qui est également la conjointe de Vincent Couture, prépare des plats que les bénévoles peuvent manger au local de campagne. Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

La campagne électorale, c'est quelque chose qui est effréné. On n'a pas beaucoup de temps pour s'arrêter pour les repas. J'aime bien venir en soirée pour manger avec les bénévoles [...] avoir du temps avec les gens qui passent leur journée pour essayer qu'on gagne l'élection. C'est important qu'on leur redonne un peu. Généralement, c'est ce qui boucle bien les journées.

Vincent Couture

  • Profession : travailleur social
  • Bureau de campagne : à Rivière-du-Loup
  • Membres de l'équipe : 7
  • Lieu de résidence : Rivière-du-Loup

Bas-Saint-Laurent

Politique provinciale