•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux tiers des Winnipégois souhaitent que Portage et Main reste fermé, selon un sondage

Un panneau indiquant Portage et Main avec des fleurs en avant-plan et l'intersection en arrière-plan.
L'ouverture de Portage et Main continue de diviser la population qui devra prendre position sur le sujet dans le cadre des prochaines élections municipales en octobre. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les habitants de Winnipeg veulent que la plus célèbre intersection de la ville reste fermée aux piétons, selon un nouveau sondage de Probe Research commandé par CBC/Radio-Canada. Cette enquête d'opinion laisse entendre que le non remportera le référendum sur la réouverture de l'intersection, qui est prévu le 24 octobre.

« Ces données démontrent que les Winnipégois n’aiment pas du tout l’idée de rouvrir Portage et Main aux piétons », déclare Mary Agnes Welch de l'entreprise de sondages Probe Research.

En somme, 67 % des répondants se sont déclarés opposés à la réouverture de l'intersection, et 33 % étaient pour sa réouverture.

« Les gens d'opposent de façon importante, profonde et intense à cette idée », ajoute catégoriquement la chercheuse.

« Pas un seul segment de la population, ni les jeunes, ni les habitants du centre-ville, ne veut ouvrir l’intersection », poursuit Mme Welch.

C'este le niveau de soutien pour la réouverture de l’intersection aux piétons le plus bas depuis les 20 ans que Probe Research mesure l’opinion du public sur cette question.

Méthodologie

Probe Research a effectué le sondage auprès d’un échantillon présélectionné de 600 adultes de Winnipeg, entre le 27 et le 31 août 2018. L’échantillon a été sélectionné en fonction de la répartition des tranches d’âge et du genre. La marge d’erreur est de plus ou moins 4 %. Comme cet échantillon a été présélectionné, la marge d'erreur ne peut pas être calculée.

Le sondage révèle que 76 % des Winnipégois sont d’accord avec l’énoncé « Je suis fatigué d’entendre parler de Portage et Main », et ce, même si 54 % des répondants affirment avoir discuté de la question avec leurs familles et leurs amis.

La circulation au cœur du débat

Probe Research indique que les trois principales raisons pour lesquelles les Winnipegois s’opposent à la réouverture de l’intersection sont les bouchons de circulation, le coût du projet et le risque que des piétons soient percutés par des véhicules.

En outre, 66 % des Winnipégois étaient d’accord avec l’énoncé « La fluidité de la circulation est plus importante que l’accès piétonnier ».

Une étude de la firme Dillon Consulting, effectuée en 2017, conclut que la réouverture de Portage et Main coûterait 6 millions de dollars, auxquels s'ajouteraient 5,5 millions de dollars pour l’achat de nouveaux autobus pour combler les retards occasionnés par la réouverture de l’intersection aux piétons.

Le oui n’abandonne pas la partie

« Vote Open », le regroupement de Winnipégois qui prônent la réouverture de l’intersection promeut l’idée que cette mesure aidera à revitaliser le centre-ville de Winnipeg.

Son porte-parole, Brent Bellamy, indique qu’il reste beaucoup de travail à faire et rappelle que, selon lui, il est injuste de tenir un référendum sur ce sujet.

« À vrai dire, il est difficile de concevoir d’un référendum sur un seul projet de travaux publics qui obtiendrait un soutien majoritaire dans un vote à l'échelle de la ville », indique M. Bellamy.

De son côté, le conseiller municipal Jeff Browaty, qui a fait pression pour qu’il y ait un référendum, dit que le résultat du sondage correspond à ce que lui disaient les Winnipegois.

« En fait, je pensais que l’opposition aurait été encore plus forte », affirme-t-il.

La statut d'un soldat s'érige devant l'intersection de Portage et Main en plein coeur du centre-ville de Winnipeg.L'intersection de l'avenue Portage et de la rue Main à Winnipeg Photo : Radio-Canada

Les habitants de Winnipeg auront l'occasion de se prononcer formellement sur cette question lors des municipales du 24 octobre. La question de référendum se trouvera sur le bulletin de vote.

Avec des informations de Bartley Kives, CBC News

Manitoba

Société