•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coventry : petite victoire pour l'organisme Memphrémagog Conservation

Le lac Memphrémagog

Le lac Memphrémagog

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le lixiviat, le produit du passage des eaux et du ruissellement à travers les déchets, est testé depuis quelques jours à l'usine de purification des eaux de Newport, une petite victoire pour Memphrémagog Conservation.

L'organisme se dresse depuis longtemps contre un projet d'agrandissement du site d'enfouissement Coventry, situé tout près, qui pourrait menacer l'eau potable qui alimente notamment Magog et Sherbrooke.

C'est une demande historique du Memphrémagog Conservation que le lixiviat soit traité au sortir de l'usine, souligne le président de l'organisme, Robert Benoît

Ce dernier déplore cependant que le lixiviat ne soit toujours pas traité convenablement.

Après toutes les démarches qu'on mène depuis si longtemps, on nous dit que, depuis quelques jours, il y a des tests de qualité du lixiviat qui sont fait au sortir de l'usine de Newport, qui ne se qualifie pas pour traiter ce genre de lixiviat. Il y a 80 000 produits chimiques dans du lixiviat qui arrive de Newport, mentionne-t-il.

Une rencontre publique a eu lieu lundi dans la municipalité de Coventry, au Vermont, où un mouvement de mobilisation se met tranquillement en place même si le lac Memphrémagog n'est pas, pour les Américains, une source d'eau potable comme c'est le cas pour certaines villes de l'Estrie.

Estrie

Environnement