•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dernier adieu des Ursulines à leur monastère

Soeur Pauline Duchesne, au beau milieu de la chapelle des Ursulines de Québec

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Radio-Canada

Le cœur serré mais avec l'assurance de la foi, les Ursulines de Québec vont bientôt tourner une page de leurs 379 ans d'histoire en Amérique. Le 18 septembre, elles quitteront progressivement leur monastère du Vieux-Québec qu'elles ont tant aimé pour s'installer dans une résidence pour personnes âgées de Beauport.

Un texte d’Alexandre Duval

Assise au beau milieu de la magnifique chapelle du monastère, sœur Pauline Duchesne aborde ce grand changement avec sérénité. Les Ursulines ont travaillé ensemble, dit-elle, pour que le déménagement se fasse en douceur. Tout devrait être terminé en octobre.

« Ce n'est pas parce qu'on s'en va dans une résidence de personnes âgées qu'on n'a plus rien à vivre, au contraire », lance sœur Duchesne, qui préside le conseil de gestion du déménagement.

Lorsqu’elles doutent, les Ursulines de Québec se tournent immanquablement vers les enseignements de leur fondatrice. À coup sûr, l’espoir rejaillit.

Marie de l'Incarnation a laissé son pays, elle a même laissé son fils pour une mission. Cette dimension spirituelle est très aidante.

Sœur Pauline Duchesne
Une statue de Marie de l'Incarnation au monastère des Ursulines de Québec

Une statue de Marie de l'Incarnation au monastère des Ursulines de Québec

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Les derniers mois ont été chargés, rapporte la religieuse. Ses consœurs ont dû trier, donner, jeter. Des gestes parfois durs à poser lorsqu’on porte autant d’histoire que les Ursulines.

« Ici, au monastère, la tradition c'était de conserver. C'est pourquoi on a un si beau musée », illustre sœur Duchesne.

Les salles communautaires aussi ont dû être vidées. Et il a fallu faire des choix parfois déchirants, parce qu’aux Jardins d’Évangéline, une résidence pour personnes âgées de Beauport, plus rien ne sera pareil.

« On va avoir de petits appartements : une chambre, un salon et bureau, une salle de bain et un walk-in. Il fallait ajuster les meubles, marquer les meubles pour chacune. Ça a été une étape assez longue. »

Moyenne d’âge : 88 ans

Mais l’inévitable ne pouvait plus être repoussé. Le temps qui passe laisse son empreinte. Plus de 40 % des Ursulines de Québec ont entre 90 et 102 ans. Pour être plus précis, la moyenne d’âge est de… 88 ans.

« Elles sont âgées, nos soeurs, mais même si elles sont âgées, elles sont en forme! », soutient sœur Duchesne. Dans leur future résidence, elles seront capables de tisser de nouveaux liens, assure-t-elle.

Au total, 48 religieuses prendront la route des Jardins d’Évangéline. Parmi elles, toutefois, 17 seront logées dans un bâtiment pour personnes en perte d’autonomie.

Seul un petit groupe de quatre, dont fait partie sœur Duchesne, continuera d’habiter le monastère pour une période indéterminée.

« Il va y avoir une petite communauté qui va rester ici dans un secteur bien déterminé pour justement avoir de la vie ici, maintenir la chapelle, être à l'accueil, puis continuer à réfléchir avec le comité sur l'avenir du monastère. »

On espère trouver un locataire qui va avec notre mission. On rêve toujours au niveau éducation, arts, culture, mais c’est long, ces démarches-là.

Sœur Pauline Duchesne

Sœur Duchesne assure qu’elle aurait été prête à quitter le monastère avec ses consoeurs. Or, même si elle préserve jalousement le nombre exact de bougies qu’elle a soufflées, sœur Duchesne est la deuxième plus jeune de son groupe.

Soeur Pauline Duchesne préside le conseil de gestion du déménagement des Ursulines de Québec

Soeur Pauline Duchesne préside le conseil de gestion du déménagement des Ursulines de Québec

Photo : Radio-Canada

Elle a donc encore de l’énergie pour travailler à la transition qui reste à faire.

J'ai pris des liens particuliers avec ces soeurs-là qui déménagent. Je les aime […] Mais en même temps, je sais qu'il y a un besoin ici. Tant que j'ai la santé, je veux bien rendre ces services-là

Sœur Pauline Duchesne

Ce qui manquera

Sœur Duchesne sait qu'aux Jardins d'Évangéline, les pensées de ses amies seront parfois teintées de nostalgie. « C'est les murs, c'est la chapelle, c'est le tombeau de Marie de l'Incarnation. C'est une maison qui est habitée depuis 1642, alors les murs parlent! »

Le monastère, avec toutes les époques qu’il a traversées, est classé monument historique. Il fut même un temps où plus de 1000 élèves fréquentaient l’endroit, rappelle sœur Duchesne.

Les Ursulines, elles, n’ont jamais dépassé la centaine au monastère. Chaque fois qu’elles étaient suffisamment nombreuses, certaines quittaient Québec pour aller fonder des écoles ailleurs en province.

Cette fois, cependant, elles quitteront le monastère pour la dernière fois, et pour de bon. Ce ne sera pas pour aller fonder une école, mais simplement pour aller vivre ailleurs.

Peut-être que les nombreux voyages et les exils de celles qui les ont précédées leur donneront la confiance nécessaire pour franchir le seuil de la porte, le 18 septembre prochain.

« Il y a comme un abandon qui s'est fait. On vit quelque chose ensemble », dit sœur Duchesne, sereinement.

Le monastère des Ursulines de Québec

Le monastère des Ursulines de Québec

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Avec les informations de Nicole Germain

Québec

Société